Les deux victimes de la rue Mézy sorties du coma

Les deux victimes alléguées d'Alexandre Martineau sont sorties... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Les deux victimes alléguées d'Alexandre Martineau sont sorties du coma provoqué dans lequel elles avaient été plongées. Le grand-père de 75 ans et la grand-mère de 73 ans vraisemblablement attaqués à l'arme blanche par leur petit-fils de 21 ans à leur domicile de la rue Mézy à Sherbrooke la semaine dernière reposent toujours au CHUS.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les deux victimes alléguées d'Alexandre Martineau sont sorties du coma provoqué dans lequel elles avaient été plongées.

Le grand-père de 75 ans et la grand-mère de 73 ans vraisemblablement attaqués à l'arme blanche par leur petit-fils de 21 ans à leur domicile de la rue Mézy à Sherbrooke la semaine dernière reposent toujours au CHUS.

Selon le Service de police de Sherbrooke, la femme de 73 ans se trouve encore dans un état critique, alors que les blessures de l'homme sont considérées comme très graves, mais il se trouve dans un état stable.

« Nos enquêteurs se sont rendus à leur chevet au cours des dernières heures. Ils n'ont pas réussi à obtenir plus de détails concernant cette affaire », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

La division des enquêtes du SPS a fini ses recherches sur la scène de crime du 3109 de la rue Mézy.

« Nous continuons les rencontres avec les témoins potentiels. Nous continuons à élargir le cercle des personnes à rencontrer », mentionne le porte-parole du SPS.

Pendant ce temps, l'accusé dans cette affaire se trouve à l'aile psychiatrique du CHUS où son évaluation concernant son aptitude à comparaître se poursuit.

Vendredi dernier, Alexandre Martineau a été accusé de deux tentatives de meurtre et de deux voies de fait graves sur ses grands-parents.

Son avocat Me Marc-André Champagne de l'aide juridique souhaite obtenir l'avis d'un psychiatre légal sur l'aptitude à comparaître de son client dans cette affaire.

Sans antécédent judiciaire, sans problème de santé mentale ou de consommation connus, les autorités s'expliquent mal ce qui a pu se dérouler le 9 juin dernier au domicile du couple de septuagénaires dans le nord de Sherbrooke.

Le dossier d'Alexandre Martineau doit revenir devant le tribunal le 17 juin prochain pour le dépôt du rapport du psychiatre judiciaire sur l'aptitude à comparaître.

Benjamin Poulin condamné à 59 mois de prison

Celui qui a agressé un individu avec un bâton de golf lors d'un braquage de domicile sur la rue Kennedy à Sherbrooke à l'automne 2015 passera les 45 prochains mois à l'ombre.

Benjamin Poulin, qui possède une longue feuille de route en matière de violence, a été condamné mardi au palais de justice de Sherbrooke à 59 mois de prison.

De cette peine, le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec a retranché 14 mois de détention provisoire.

Poulin est détenu depuis les événements du 6 septembre 2015.

Il a plaidé coupable aux accusations d'introduction par effraction dans le but de commettre une agression armée, dont un braquage de domicile, de même qu'une accusation de voies de fait graves mettant la vie de la victime en danger.

Poulin est débarqué au domicile d'une connaissance de la rue Kennedy avec deux autres individus pour le frapper à plusieurs reprises à l'aide d'un bâton de golf brisé.

Ils l'ont frappé au bras notamment. La victime a subi de graves blessures, perdant environ trois litres de sang.

C'est Poulin qui tenait le bâton de golf dans cette affaire dont l'origine serait reliée à une dette d'argent.

Avant que la victime parte vers l'hôpital, Benjamin Poulin aurait dit : « Si tu retires ta plainte, on va être gentil avec toi ».

Me Régis Juneau-Drolet, qui représente le ministère public dans cette affaire, et Me Jean-Pierre Gagnon en défense ont présenté la suggestion commune de détention au juge Dunnigan.

Impliqué dans cette affaire, Nathan Pellerin a été condamné à trois ans de prison, alors que l'autre accusé, André Gauthier, n'a pas encore réglé ses comptes avec la justice.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer