Dix mois dans la collectivité pour Nelson Michaluk

Les efforts en thérapie et pour maintenir sa... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Les efforts en thérapie et pour maintenir sa sobriété ont joué dans la balance pour que Nelson Michaluk puisse bénéficier d'une peine dans la collectivité pour divers crimes de violence sur la route et envers ses parents.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les efforts en thérapie et pour maintenir sa sobriété ont joué dans la balance pour que Nelson Michaluk puisse bénéficier d'une peine dans la collectivité pour divers crimes de violence sur la route et envers ses parents.

Michaluk a été condamné à dix mois à purger dans la collectivité et à 150 heures de travaux communautaires pour des accusations de voies de fait armées envers ses parents, menaces de mort ainsi que pour une affaire de conduite dangereuse.

Les événements les plus importants sont survenus sur un terrain familial à Fitch Bay en juin 2015. Il avait alors couru après son père avec une pelle. Il lui avait demandé de venir l'aider à retrouver son chien sinon, il allait le tuer.

Désepérés, ses parents n'ont alors eu d'autre choix que de le dénoncer.

L'accusé avait aussi fait du harcèlement téléphonique sur le répondeur de ses parents en les traitant de tous les noms.

Il avait été détenu, puis envoyé en psychiatrie avant de faire une cure de désintoxication

Michaluk a aussi réglé une affaire de conduite dangereuse. Dans le village de Fitch Bay, alors qu'il circulait sans casque, il avait levé la roue de son VTT.

Il a aussi réglé une affaire de menaces de mort envers une connaissance à Stanstead.

« Mon client a fait des efforts. Il y a une nette amélioration au niveau de son caractère », a expliqué l'avocate de la défense Me Mélissa Gilbert.

L'accusé a abondé dans le même sens en s'adressant au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

« J'ai fait des améliorations. Je poursuis mes meetings AA et NA », a mentionné l'accusé.

Le juge a rappelé à Nelson Michaluk que c'est une peine de détention qu'il lui imposait.

« Malgré votre dossier, vous avez fait assez de progrès et la société peut assumer ce risque », estime le juge Chapdelaine.

Nelson Michaluk devra rester à l'intérieur de son domicile les cinq premiers mois de sa peine. Par la suite, il devra respecter un couvre-feu. Il devra aussi prendre sa médication. Une interdiction de conduite de douze mois lui a été imposée.

C'est Me Nathalie Robidoux qui représente le ministère public dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer