Nancy Landry subira son procès en 2017

Comme à tous les passages de son dossier... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Comme à tous les passages de son dossier devant le tribunal, Nancy Landry, au centre de la photo, était présente au palais de justice de Sherbrooke.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Nancy Landry subira son procès pour le meurtre au premier degré de son fils Nathan Garneau l'hiver prochain à Sherbrooke.

Le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure a fixé quatre semaines de procès, qui se déroulera devant jury, à compter du 7 mars 2017.

Le procureur aux poursuites criminelles, Me Andy Drouin, devrait prendre les deux premières semaines pour produire sa preuve technique et assigner à la barre des témoins civils.

Par la suite, ce sera au tour de Me Mia Manocchio de présenter la défense de sa cliente s'il y a lieu.

Les événements dont Nancy Landry est accusée seraient survenus à son domicile en février 2011.

Un rapport psychiatrique dans le dossier de Nancy Landry avait été déposé au tribunal en avril dernier, mais il n'a pas été possible pour les avocats au dossier d'en venir à une entente.

« Ce n'est pas parce que le procès est fixé que les discussions ne peuvent pas se poursuivre. Les discussions pourraient permettre de faire avancer le dossier et peut-être même de le régler. Dans les dossiers d'une telle ampleur, la défense et la poursuite se parlent pour trouver une solution si c'est possible. Le rapport psychiatrique dans son ensemble fait l'objet des discussions », explique l'avocate de la défense, Me Mia Manocchio.

En décembre 2014, Nancy Landry a été citée à son procès sur la plus grave accusation du Code criminel. Une ordonnance de non-publication demandée conjointement par la défense et la poursuite empêche de révéler le contenu des témoignages entendus lors de cette étape des procédures.

Nancy Landry de Sherbrooke a été déclarée apte à faire face aux procédures judiciaires en mai 2014 avant d'être officiellement accusée de meurtre au premier degré. La dame avait d'abord été déclarée inapte à faire face à l'accusation de meurtre déposée contre elle en 2011.

C'est la commission d'examen des troubles mentaux du tribunal administratif du Québec (TAQ) qui a déterminé à l'hiver 2013 qu'elle était apte à faire face aux procédures judiciaires.

Après avoir pris connaissance du premier rapport psychiatrique, le juge Conrad Chapdelaine l'avait déclarée apte à subir son procès sur l'accusation portée qui est passible de la prison à perpétuité sans possibilité de libération avant 25 ans.

Nancy Landry demeure en liberté pendant les procédures judiciaires. Elle doit respecter une série de conditions, dont celle de rester dans une maison d'hébergement désignée par le tribunal et de respecter le plan de traitement de son médecin.

Éric Garneau et son fils Nathan... (Photo fournie) - image 2.0

Agrandir

Éric Garneau et son fils Nathan

Photo fournie

Éric Garneau sera présent au procès de son ex-conjointe

Même s'il n'attend plus rien du processus judiciaire, le père de Nathan Garneau sera présent chaque jour du procès de Nancy Landry.

Éric Garneau indique qu'il a obtenu plusieurs réponses à la suite de l'enquête préliminaire de son ex-conjointe qui est accusée d'avoir causé la mort de leur enfant de trois ans.

« J'ai pu obtenir les réponses qui me manquaient. On m'a laissé poser toutes les questions que je voulais en décembre dernier. Pour le moment, je n'ai cependant pas le droit d'en parler », explique Éric Garneau.

Ce dernier souhaite que ses proches et le public apprennent enfin ce qui s'est passé dans le logement de son ex-conjointe le jour des événements en février 2011.

« Je veux que les gens sachent. Il me manque encore certains détails. J'espère que le procès pourra répondre vraiment à tout », mentionne le père de Nathan Garneau.

Ce dernier discute présentement avec son employeur afin qu'il puisse être libéré durant les quatre semaines que durera le procès pour meurtre au premier degré de Nancy Landry.

« C'est certain que je souhaite être sur place. Le processus judiciaire est très long. Lorsque tout sera enfin réglé, je vais pouvoir tourner définitivement la page sur cette affaire », espère Éric Garneau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer