Les évacuations au Centre de tri causées par un répulsif à ours?

La double évacuation survenue mardi au Centre de tri de Sherbrooke aurait-elle... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La double évacuation survenue mardi au Centre de tri de Sherbrooke aurait-elle été causée par... un répulsif à ours?

Taraneh Sepahsalari... (Spectre Média, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Taraneh Sepahsalari

Spectre Média, Jessica Garneau

Si rien ne permet pour l'instant de confirmer une telle hypothèse, la direction du Centre confirme qu'une boîte identifiée comme tel a été retrouvée mercredi matin parmi les matières recyclables qui se sont frayées un chemin jusqu'à l'intérieur de l'usine.

Rappelons qu'à deux reprises mardi, les employés du Centre de tri ont dû évacuer l'édifice de la rue Claude-Greffard après que certains d'entre eux eurent ressenti de l'irritation au niveau des yeux ainsi qu'aux voies respiratoires. Appelés sur les lieux à deux reprises, les pompiers de Sherbrooke ont procédé aux vérifications d'usage sans pouvoir identifier de produit suspect. On parlait alors d'un produit incolore et inodore.

«Une fois que les opérations ont repris, on m'a remis une boîte sur laquelle il est écrit qu'elle contient du répulsif à ours.»


Or, à la reprise des opérations mercredi matin, un des employés du Centre de tri a découvert une boîte sur laquelle était clairement identifié qu'il s'agissait d'un répulsif à ours. La boîte a été remise à la directrice générale du centre, Taraneh Sepahsalari. Celle-ci refuse toutefois de faire un lien direct entre ce produit et les deux incidents de la veille.

«Une fois que les opérations ont repris ce matin (mercredi), on m'a effectivement remis une boîte sur laquelle il est écrit qu'elle contient du répulsif à ours. La boîte est encore intacte. Est-ce que c'est ce produit qui a provoqué les irritations? Rien ne nous permet de l'affirmer», insiste Mme Sepahsalari.

Celle-ci dit avoir informé les pompiers de la présence du produit ainsi que de son contenu. Selon l'étiquette du produit, le répulsif est fait à base de poivre de Cayenne, lequel contient de la capsaïcine. Le poivre de Cayenne est réputé pour provoquer une sensation de brûlure aux yeux. Le poivre provoque aussi une inflammation des membranes muqueuses lorsqu'il pénètre dans les voies respiratoires. 

Sans qu'il ne soit permis de faire de lien de cause à effet, Mme Sepahsalari a toutefois tenu à rétitéré le message qu'elle avait lancé la veille à tous les citoyens: «Nous demandons la collaboration de tous les citoyens. De grâce, ne jetez pas n'importe quoi dans vos bacs verts. Si vous avez des doutes, informez-vous! Les produits dangereux doivent aller vers les éco-centres. Il en va de la sécurité de nos employés», a-t-elle prévenu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer