Jonathan Lacasse libéré sous de sévères conditions

Jonathan Lacasse, qui se personnifie sur Facebook avec... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Jonathan Lacasse, qui se personnifie sur Facebook avec l'image de Batman pour solliciter ses victimes, ne pourra plus toucher non seulement aux médias sociaux, mais ne pourra plus accéder à Internet.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Apte à faire face aux procédures judiciaires, Jonathan Lacasse de Sherbrooke a été remis en liberté sous de sévères conditions.

L'individu de 19 ans, qui se personnifie sur Facebook avec l'image de Batman pour solliciter ses victimes, ne pourra plus toucher non seulement aux médias sociaux, mais ne pourra plus accéder à Internet.

Jonathan Lacasse est accusé de multiples chefs d'accusation relatifs au leurre informatique d'enfants.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec lui a imposé une série de conditions avant de le remettre en liberté, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

En plus de toutes les conditions applicables aux crimes de nature sexuelle afin de protéger les victimes mineures, Lacasse devra poursuivre son suivi avec un psychiatre et prendre la médication prescrite.

Il s'est engagé à respecter ces conditions par un dépôt de 1000 $ aux greffes du palais de justice de Sherbrooke.

Lacasse aura passé une semaine derrière les barreaux.

Il a comparu le 25 mai dernier pour être accusé de leurre informatique d'enfant, incitation à des contacts sexuels et d'avoir présenté du matériel sexuellement explicite dans le but de produire de la pornographie juvénile.

Une évaluation psychiatrique concernant son aptitude à comparaître avait été demandée. À la lecture du rapport, la juge Desgens l'a déclaré apte.

Trois adolescents auraient été victimes de Lacasse au fil des mois. Les huit chefs d'accusation situent la période des infractions criminelles alléguées entre le 1er janvier 2015 et le 25 février 2016. Les victimes alléguées sont des adolescents de Sherbrooke, Lévis et Saguenay.

Les motifs au soutien du mandat de perquisition, qui a permis de procéder à l'arrestation de Lacasse, révèlent qu'il aurait approché au moins deux jeunes garçons à Lévis et Saguenay.

Lacasse aurait demandé à une victime de 13 ans alléguée des photos de ses bras et ses jambes en échange de films gratuits.

L'accusé aurait demandé à l'adolescent de se raser les bras et les jambes et aurait offert la console de jeux vidéo en échange d'une vidéo sexuellement explicite de la victime.

Lacasse aurait fait parvenir à l'adolescent une photo de son pénis par l'application Snapchat.

À Saguenay, c'est un adolescent de 13 ans qui aurait été la cible de Lacasse en juin 2015. L'accusé aurait demandé à plusieurs reprises à sa victime des vidéos de ses poils de bras et de jambes. Il aurait aussi demandé de faire un vidéo sexuellement explicite.

Une visite sur le profil Facebook de Jonathan Lacasse permet de constater que l'individu de 19 ans était très actif sur les médias sociaux en partageant de multiples publications tous les jours.

C'est Me Caroline Saint-André de l'aide juridique qui défend l'accusé, alors que Me Joanny Saint-Pierre représente le ministère public.

Le leurre informatique d'enfant est passible d'une peine de détention minimale de douze mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer