Accusé d'avoir violenté un bébé

Simon Lajeunesse-Black est accusé de voies de fait... (Collaboration spéciale, Éric Beaupré)

Agrandir

Simon Lajeunesse-Black est accusé de voies de fait causant des lésions corporelles à un bambin.

Collaboration spéciale, Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Simon Lajeunesse-Black subit présentement son enquête préliminaire pour avoir roué de coups et causé des lésions corporelles à un enfant d'à peine quelques mois. Les événements seraient survenus le 27 avril 2015 à Drummondville.

La procédure étant soumise à une interdiction de publication, il n'est pas possible, à ce stade-ci, d'entrer dans les détails de ce qui aurait poussé le Drummondvillois de 27 ans à poser de tels gestes.

Jusqu'à maintenant, la juge de la Cour du Québec Claire Desgens a entendu le témoignage de l'infirmière qui aurait constaté les traces de violence. La procureure de la Couronne Me Magali Bernier entend faire entendre deux autres témoins lors du retour du dossier devant les tribunaux, le 30 juin.

Un jeune homme de 19 ans accusé de leurre informatique d'enfants

Jonathan Lacasse, 19 ans, de Sherbrooke est accusé de multiples chefs d'accusation relatifs au leurre informatique d'enfants.

Lacasse a comparu, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke pour être accusé de leurre informatique d'enfant, incitation à des contacts sexuels et d'avoir présenté du matériel sexuellement explicite dans le but de produire de la pornographie juvénile.

Trois adolescents auraient été victimes de Lacasse au fil des mois. Les huit chefs d'accusation situent la période entre le 1er janvier 2015 et le 25 février 2016, soit une période de 13 mois. Les victimes alléguées sont des adolescents de Sherbrooke, Lévis et Saguenay.

C'est le service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec qui a procédé à l'arrestation de ce Sherbrookois.

Lacasse n'a pas été amené devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre s'est objectée à la remise en liberté de l'individu.

L'avocate de la défense Me Caroline Saint-André de l'aide juridique a remis le dossier à jeudi pour fixer la date de l'enquête sur remise en liberté. Une preuve volumineuse a été remise à Me Saint-André.

Une perquisition a été réalisée au domicile de Jonathan Lacasse où du matériel informatique a été saisi pour analyse.

Le leurre informatique d'enfant est passible d'une peine de détention minimale de douze mois.

Toute information sur cet individu ou ses agissements peut être communiquée à la Centrale de l'information criminelle de la SQ au 1 800 659-4264 ou à Échec au crime au 1 800 711-1800.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer