Saisie de fentanyl à la prison de Drummondville

Le personnel de la prison de Drummondville a intercepté, la semaine dernière,... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Le personnel de la prison de Drummondville a intercepté, la semaine dernière, un colis suspect contenant notamment des timbres de fentanyl, un produit utilisé dans la fabrication de drogues dangereuses. Le paquet en question contenait également un appareil de téléphonie cellulaire et une carte SIM la valeur des biens saisis est évaluée à 5500 $.

Cette perquisition survient quelques mois à peine après que le coroner Yvon Garneau ait fait une sortie publique afin de mettre en garde la population en lien avec l'utilisation d'acétyle fentanyl, une drogue qui compte quelques K.O. à son actif. Gérald Tougas, un détenu d'Établissement Drummondville fait partie des gens qui y ont laissé leur peau.

«Sur le coup, tout le monde pensait à un arrêt cardiaque, surtout qu'il avait déjà eu des problèmes avec son coeur. Malgré tout, je trouvais qu'il était bien jeune et ça a commencé à me jouer dans la tête. J'ai décidé de demander des analyses plus spécifiques à des chimistes et on a trouvé de l'acétyle-fentanyl et de la nalaxone, deux cochonneries, dans son organisme», raconte le spécialiste.

M. Garneau explique que ce type de drogue est fabriqué à partir de fentanyl, un médicament utilisé pour contrer le cancer et prescrit de façon minutieuse à des patients prédisposés à le recevoir. Il s'agit d'un analgésique opioïde ayant un potentiel 80 fois plus important que celui de la morphine.

En réaction à cette conclusion du rapport de coroner, Services correctionnels Canada avait ordonné la tenue d'une enquête nationale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer