12 000 $ d'amendes pour s'être improvisé courtier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Ne s'improvise pas courtier en valeurs mobilières qui veut et Jean-Claude Vachon paiera cher pour l'apprendre. L'homme de 64 ans a été condamné à 12 000 $ d'amende pour avoir joué l'intermédiaire dans une histoire de placement qui a mal tourné.

En 2008, à Drummondville, M. Vachon a investi dans la construction de casinos au Mexique, les promoteurs lui faisant miroiter un rendement fort alléchant. Ne souhaitant pas garder cette bonne affaire pour lui, il en a discuté avec son bon ami André Goulet, qui a consenti à investir 50 000 $.

Or, en cours de route, le placement a été modifié et M. Goulet en est venu à investir son argent dans un projet de casino tout aussi prometteur au Panama.

Malheureusement, les promoteurs ont fait fausse route au moment de cibler la clientèle et ont été forcés de mettre fin à l'aventure après avoir essuyé d'importantes pertes.

Se sentant floué par son ami, M. Goulet a porté plainte à l'Autorité des marchés financiers, qui a porté des accusations d'avoir procédé à un placement sans prospectus et d'avoir exercé la profession de courtier en valeur mobilière sans être enregistré au préalable auprès de l'organisme. Les peines minimales en semblable matière sont respectivement de 5000 $ et 1000 $.

«Le législateur a établi des peines sévères, il en va de la crédibilité tant des marchés financiers que de la société en général. C'est une décision de nature à protéger les investisseurs, c'est une question d'intérêt public», a rappelé la juge Claire Desgens au moment de prononcer la peine au palais de justice de Drummondville.

La magistrate a indiqué que l'accusé avait profité de la confiance de son ami pour l'embarquer dans cette histoire.

Elle a toutefois convenu qu'il n'avait pas tenté de le frauder et qu'il n'avait pas tiré profit de la situation. Elle est même allée jusqu'à admettre que Vachon ait pu, lui aussi, encourir des pertes dans cette affaire.

L'accusé ayant choisi de se représenter seul, il a omis de transmettre certaines informations qui auraient pu amoindrir la sentence. Il n'a pas fait la démonstration de son incapacité de payer une somme aussi importante, ni des dommages qu'il a subis dans le cadre de l'aventure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer