Accusations criminelles pour avoir fui les policiers

Un homme de 42 ans de Sherbrooke doit... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Un homme de 42 ans de Sherbrooke doit répondre de sa conduite au volant devant la justice après avoir été pris en chasse par les policiers dans la nuit de jeudi à vendredi.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un homme de 42 ans de Sherbrooke doit répondre de sa conduite au volant devant la justice après avoir été pris en chasse par les policiers dans la nuit de jeudi à vendredi.

Daniel Bernier a été accusé de conduite dangereuse causant des lésions, de fuite des policiers, de conduite dangereuse ainsi que de possession de cocaïne au palais de justice de Sherbrooke.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec l'a remis en liberté après qu'il se soit engagé à respecter diverses conditions dont celle de ne pas conduire.

Les patrouilleurs ont effectué une surveillance du véhicule de Bernier qui était garé dans le stationnement du bar Le Figaro dans l'est de Sherbrooke.

« Les policiers ont remarqué que le conducteur n'avait pas acquitté ses droits d'immatriculation. Ils ont donc effectué une surveillance », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Philippe Dubois.

Lorsque l'individu a quitté le bar, les policiers l'ont suivi.

« L'automobiliste s'est rendu compte qu'il était suivi, alors il a pris la fuite. Il a provoqué deux embardées dans sa fuite », mentionne le porte-parole du SPS.

Le suspect a foncé dans un véhicule de patrouille, dans un véhicule stationnaire ainsi que dans un véhicule qui venait en sens inverse sur la rue Longpré.

« Le véhicule du suspect s'est arrêté sur la rue Bowen parce qu'il n'arrivait plus à avancer après

les collisions qu'il avait provoquées », mentionne le porte-parole du SPS.

Six constats d'infraction du Code de la sécurité routière lui ont aussi été remis par le SPS.

C'est Me Marie-Line Ducharme qui représente le ministère public dans cette affaire.

Julie Robidoux-Taillon ... (Photo fournie) - image 2.0

Agrandir

Julie Robidoux-Taillon 

Photo fournie

Une adolescente portée disparue à Magog

Les autorités sont à la recherche d'une adolescente de Magog portée disparue depuis mercredi dernier.

Après un différend avec ses parents, Julie Robidoux Taillon se serait visiblement enfuie de son domicile. Elle a été vue pour la dernière fois vers 0h 30, dans la nuit du 12 au 13 avril.

Julie Robidoux-Taillon mesure 1m68 (5'03'') et pèse environ 55kg (120 lb). Elle a les cheveux noir et blond et a les yeux bleus. Elle arbore également quelques tatouages, dont un à  l'intérieur du poignet.

Sur sa page Facebook, la jeune fille a tenu des propos inquiétants le 5 avril dernier, indiquant que «les mots blessent et restes gravés dans nos pensées» et que «les mots méchants peuvent être très touchants et peuvent leur faire gravement mal au coeur».

«Ce qu'on sait pour le moment, c'est que c'est sa volonté à elle de fuguer, mais on ne sait pas où elle est partie et avec qui. C'est ce qui est inquiétant pour le moment», signale l'enquêteur Dany Blouin, de la Régie de police de Memphrémagog.

Les personnes qui détiendraient des informations pouvant aider à retrouver Julie Robidoux-Taillon sont priées de composer le 819 843-3334.

Roger Marmonier remis en liberté sous conditions

Roger Marmonier a été remis en liberté sous diverses conditions dont celle de rester dans une résidence pour personnes âgées adaptée à sa condition.

Le dossier de l'individu de 84 ans accusé de diverses accusations de conduite avec les capacités affaiblies était de retour au palais de justice de Sherbrooke, vendredi.

Marmonier est accusé de conduite avec les capacités affaiblies causant des lésions ainsi que de conduite dangereuse.

En état d'ébriété au volant de son véhicule, l'homme de 84 ans a renversé une piétonne le 22 février dernier sur la 13e avenue à la hauteur de la rue des Muguets.

L'accusé, qui demeure dans ce secteur, était dans un état d'ébriété à ce point avancé qu'il a été impossible pour les policiers de procéder à un prélèvement d'haleine. Ils ont obtenu un mandat d'arrestation afin de pouvoir procéder à un prélèvement d'un échantillon sanguin dans le but d'établir son taux d'alcoolémie.

Marmonier a subi une évaluation psychiatrique concernant sa responsabilité criminelle au moment des faits qui lui sont reprochés.

Les détails de ce rapport seront discutés à son retour devant le tribunal le 16 mai prochain.

Au début des procédures, l'accusé avait été déclaré apte à faire face aux procédures judiciaires, mais le juge avait acquiescé à la demande de la défense concernant l'évaluation en vertu de l'article 16 du Code criminel.

Ce débat sera fait lors du retour de Marmonier devant le tribunal en mai prochain.

L'accusé doit rester à l'hôpital en attendant qu'une place se libère dans sa nouvelle résidence. Il devra y résider 24 heures par jour.

Il a dû déposer 1000 $ pour garantir le respect de ses conditions de remise en liberté. Le tribunal lui a interdit de conduire, de consommer de l'alcool et de communiquer avec la victime dans cette affaire. Roger Marmonier devra aussi respecter toutes les recommandations de son médecin.

C'est Me Caroline Monette qui défend l'accusé dans cette affaire, alors que Me Laïla Belgharras représente le ministère public.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer