Le SPS démantèle un «réseau bien structuré» de trafic de stéroïdes

Une frappe policière lancée par le Service de police de Sherbrooke a permis de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une frappe policière lancée par le Service de police de Sherbrooke a permis de démanteler un réseau de producteurs et de trafiquant de stéroïdes.

Huit perquisitions ont eu lieu, mercredi, à Sherbrooke, Saint-Jean-sur-Richelieu et Bedford.

Sept personnes, six hommes âgés de 23 à 25 ans, de même qu'une femme de 25 ans ont été arrêtés.

Ils devraient être accusés, jeudi au palais de justice de Sherbrooke, de possession de stéroïdes dans le but d'en faire le trafic et de production de stéroïdes.

«En vertu de l'annexe 4 de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances du Code criminel, la possession simple de stéroïde n'est pas illégale, mais la production et le trafic de cette substance sont prohibés et passibles de poursuites criminelles», explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

À Sherbrooke, la division des enquêtes criminelles du SPS a frappé sur la rue Wellington Sud de même que dans un logement de la rue Quatre-Saisons.

Deux résidences et un entrepôt à Saint-Jean-sur-Richelieu de même qu'une résidence de la rue de la rivière à Bedford ont été ciblés par les policiers.

«À la suite d'une enquête de quelques mois, les enquêteurs ont effectué huit perquisitions visant à démanteler un réseau bien structuré de production et trafic de stéroïdes», mentionne le SPS par communiqué.

Lors des saisies, le SPS a trouvé «une certaine quantité de stéroïdes», des produits chimiques ainsi que le matériel servant à la vente et à la production de stéroïdes.

Les policiers ont trouvé sur les lieux des perquisitions des milliers de comprimés de méthamphétamines, de l'argent, des listes de comptabilité, des cellulaires et des véhicules servant à la perpétration de ces infractions alléguées.

Le SPS doit faire le bilan de cette saisie jeudi à Sherbrooke.

Après avoir été interrogés, les accusés doivent passer la nuit en cellule avant leur comparution devant le tribunal.

C'est le SPS qui a mené cette enquête en collaboration avec la Sûreté du Québec et la Sûreté municipale de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer