Un révérend accusé de pratique illégale de la médecine

Le Collège des médecins du Québec vient de... (123RF)

Agrandir

Le Collège des médecins du Québec vient de porter de multiples accusations pénales contre le révérend Jean-François Labrie de l'église Inter-Foi de North Hatley.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Collège des médecins du Québec vient de porter de multiples accusations pénales contre le révérend Jean-François Labrie de l'église Inter-Foi de North Hatley.

Jean-François Labrie... - image 1.0

Agrandir

Jean-François Labrie

Ce sont 28 chefs d'accusation de pratique illégale de la médecine qui ont été déposés contre l'individu.

Dans les constats d'infraction rendus publics, mardi, les peines réclamées atteignent 178 000 $ plus les frais qui pourraient faire grimper le montant à près de 250 000 $.

Jean-François Labrie prétend posséder un don, celui d'opérer des patients à mains nues sans anesthésie et sans laisser de cicatrices.

L'émission La Facture d'ICI Radio-Canada avait présenté le 24 novembre 2015 une consultation réalisée avec une caméra cachée auprès de Jean-François Labrie, qui prétendait ouvrir la paroi abdominale d'un collaborateur de l'émission.

Le porte-parole du Collège des médecins, le Dr Yves Robert, n'avait pas hésité à utiliser les termes « fumisterie » et « charlatan » pour qualifier les pratiques de Jean-François Labrie.

Un individu trouvé coupable de pratique illégale de la médecine est passible d'une peine pécuniaire variant de 1500 $ à 20 000 $. Dans le cas de Jean-François Labrie, les montants réclamés dépassent l'amende minimale en raison « de la protection du public et l'effet dissuasif sur l'individu et la collectivité soit 3500 $ et 7500 $.

Les constats d'infraction portent sur trois personnes qui sont allées consulter Jean-François Labrie sur la rue Main à North Hatley entre 2011 et 2014. L'une de ses plaignantes s'y est même rendue à cinq reprises. Labrie a aussi reçu la visite sans le savoir d'un agent d'enquête du Collège des médecins du Québec.

Les chefs d'accusation concernent le fait que Labrie a laissé croire qu'il était autorisé à exercer la médecine lors d'une consultation, qu'il a fait des diagnostics sur des maladies, qu'il a prescrit des médicaments et qu'il a déterminé le traitement médical sans être titulaire d'un permis valide et approprié et sans être inscrit au tableau de l'ordre du Collège des médecins.

Mouvement de soutien

Ces 28 chefs d'accusation ont été autorisés la semaine dernière par la juge de paix magistrat Monique Perron.

Une page Facebook a été ouverte en novembre 2015 qui est décrit comme : « Un espace de témoignage en faveur de ceux pour qui les soins du révérend Jean François Labrie ont fait une différence dans leur mieux-être. J'ai créé cette page et choisi de l'administrer pour soutenir Jean François et co-créer un mouvement de synergie pour tous les thérapeutes qui oeuvrent en santé globale et pour le bien de tous. »

Selon le Collège des médecins du Québec, il n'y a pas lieu de croire que le révérend Jean-François Labrie pratique encore.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer