Un procès devant jury commence à Sherbrooke

C'est un jury composé de sept femmes et cinq hommes qui sera chargé de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est un jury composé de sept femmes et cinq hommes qui sera chargé de déterminer la culpabilité ou l'innocence d'un individu de 35 ans de Sherbrooke accusé de diverses infractions à caractère sexuel.

Le procès présidé par le juge Yves Tardif de la Cour supérieure doit se dérouler sur deux semaines au palais de justice de Sherbrooke.

L'accusé, dont l'identité fait l'objet d'une ordonnance de non-publication pour protéger celles des victimes alléguées, fait face à huit chefs d'inceste, agression sexuelle, incitation à des contacts sexuels et attouchements sexuels entre 2005 et 2008.

Les deux victimes alléguées seront appelées à la barre lors de ce procès, de même que des témoins policiers et civils.

Le juge Tardif a donné ses instructions préliminaires au jury en leur demandant de se baser uniquement sur la preuve entendue lors du procès pour rendre leur verdict.

Il les a informés que ce sont les jurés qui sont maîtres des faits de la cause, alors que le juge demeure maître du droit.

Il les a invités à respecter les deux principes fondamentaux soit que les accusations doivent être prouvées hors de tout doute raisonnable et que l'accusé est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire.

Dans ses directives préliminaires, le juge Tardif a demandé aux jurés de rester attentifs aux témoignages qui seront entendus à partir de mardi.

Les membres du jury doivent se baser uniquement sur la preuve entendue en salle d'audience, ne pas tenter de recueillir d'autres éléments de preuve que ce qui est présenté devant le tribunal et éviter de parler de la cause entre eux avant d'être rendus à l'étape des délibérations.

Les premiers témoins dans cette affaire doivent être appelés à la barre mardi matin.

C'est Me Andy Drouin et Me Laïla Belgharras qui représentent le ministère public dans cette affaire, alors que Me Stéphanie Côté défend l'accusé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer