Tentative de meurtre : Landry sera évalué en psychiatrie

Arrêté vendredi dernier lors de sa cavale à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Arrêté vendredi dernier lors de sa cavale à Joliette, Éric Landry a été accusé lundi au palais de justice de Sherbrooke de tentative de meurtre, séquestration, introduction par effraction, voies de fait et menaces de mort.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Éric Landry de Sherbrooke devra répondre de l'une des plus graves accusations du Code criminel.

Arrêté vendredi dernier lors de sa cavale à Joliette, l'homme de 40 ans a été accusé lundi au palais de justice de Sherbrooke de tentative de meurtre, séquestration, introduction par effraction, voies de fait et menaces de mort.

Il sera évalué par un psychiatre judiciaire concernant son aptitude à faire face aux procédures judiciaires.

L'accusé se serait présenté vers 1 h 15 dans la nuit de jeudi à vendredi au domicile de la victime alléguée vraisemblablement avec l'intention de la tuer.

Après avoir échoué dans sa tentative d'étrangler la victime, Landry a pris la fuite.

La victime a réussi à se réfugier chez des proches d'où elle a appelé le Service de police de Sherbrooke.

Le suspect a été retrouvé à plus de deux heures de route de Sherbrooke par la Sûreté du Québec, dans un motel près de Joliette.

Landry a passé la fin de semaine en détention.

Il a comparu lundi devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Son avocat Me Christian Raymond a demandé au tribunal que son client soit évalué en psychiatrie. Éric Landry a donc été confié aux psychiatres judiciaires du CHUS pour sept jours, le temps qu'il soit évalué.

C'est Me Marie-Line Ducharme qui représente le ministère public dans cette affaire.

Deux ans moins un jour de prison pour un rôle secondaire

Edwin Efren Arboleda passera les deux prochaines années en détention pour son implication dans une affaire de braquage de domicile.

Arborleda, qui est détenu depuis la mi-octobre 2015, a plaidé coupable lundi au palais de justice de Sherbrooke à des accusations d'introduction par effraction, vol qualifié et possession d'arme prohibée.

L'individu a trempé dans une affaire de braquage de domicile où Luis Alex Arboleda Solis et Mauricio Viveros-Solis seraient aussi impliqués. Les dossiers de ces deux accusés reviendront devant le tribunal le 11 mai prochain.

Cette affaire d'introduction par effraction est survenue vers 1 h 10 le 12 octobre 2015 dans un logement du 1060 rue du Fédéral à Sherbrooke pour cambrioler la résidence d'un jeune couple.

L'homme, âgé de 19 ans, et sa conjointe de 17 ans auraient été tabassés par les trois suspects avant que l'un d'entre eux n'entaille le bras du jeune homme à l'aide d'un couteau.

Edwin Efren Arboleda aurait joué le rôle le moins important lors des événements.

Les avocats au dossier Me Régis Juneau-Drolet pour le ministère public et Me Mélissa Gilbert en défense ont présenté une suggestion commune au juge Chapdelaine.

Ce dernier a condamné l'accusé à une peine de deux ans moins un jour de prison avec une probation de deux ans. L'accusé devra alors respecter une série de conditions, dont celles de ne pas entrer en contact avec les victimes ou de se trouver à moins de 100 mètres de leur domicile.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer