Incendie à St-Camille: «Jamais de bon moment pour ce type d'événement», dit Mario Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Camille) Pour la deuxième fois en un peu plus de trois mois, l'entreprise Canards du lac Brome doit se relever de l'incendie de l'un de ses bâtiments d'élevage.

Mario Côté... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Mario Côté

Archives La Presse

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le plus petit des bâtiments d'élevage de canards de l'entreprise de Mario Côté a été la proie des flammes. Les dommages sont évalués par le propriétaire de Canards du lac Brome à environ 500 000 $ à 600 000 $.

«Je n'ai pas le compte exact, mais ce sont environ 4500 canards qui ont péri. Le bâtiment avait une capacité de 6000 canards et nous en attendions environ 1500, jeudi. Nous avons pu réacheminer cet arrivage vers nos autres bâtiments d'élevage. La prochaine semaine sera plus difficile parce que nous devrons réorganiser la production. Il n'y a jamais de bon moment pour traverser ce type d'événement parce que nous manquons constamment de canards», explique le propriétaire de Canards du lac Brome, Mario Côté.

«Cet incendie ne retarde pas notre projet d'usine de transformation à Asbestos.»


Joint par téléphone alors que le bâtiment finissait de se consumer, Mario Côté confirme qu'il envisage déjà de le reconstruire.

«Je n'ai vraiment pas idée de l'origine de cet incendie. La seule chose que je sais, c'est que le feu a commencé dans la pouponnière du bâtiment», mentionne M. Côté.

L'un des garçons de Mario Côté, qui demeure à côté du bâtiment détruit par cet incendie, a dû être évacué.

«Personne n'a été blessé. Mes travailleurs entrent vers 7h alors il n'y avait personne à l'intérieur. Cet incendie ne met aucunement en péril et ne retarde pas notre projet d'usine de transformation à Asbestos », assure Mario Côté.

Le 1er janvier dernier, un incendie a détruit un bâtiment de production de Canards du lac Brome situé à Racine. Lors de cet incendie, 50 000 canards avaient péri et les pertes en infrastructures étaient évaluées à au moins 2 millions $.

«Le bâtiment est déjà reconstruit à plus de 75 pour cent. Nous espérons pouvoir reprendre la production à cet endroit d'ici un mois. Je possède plus de 200 bâtiments de ferme, alors les chances que je rencontre un problème son multipliées par autant», commente avec philosophie Mario Côté à la suite de ce deuxième incendie dans l'un de ses bâtiments de ferme en 2016.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer