Deux hommes périssent dans les eaux du lac Magog

Les deux individus ont été repêchés et conduits... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Les deux individus ont été repêchés et conduits en ambulance au Centre hospitalier de Magog. Leur décès a été constaté par le médecin de garde malgré les efforts des ambulanciers qui pratiquaient les manoeuvres de réanimation cardiaque depuis leur sortie de l'eau.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ismael Toulouse
La Tribune

(Sainte-Catherine-de-Hatley) Deux hommes d'une cinquantaine d'années ont péri dans les eaux du lac Magog vers 13 h 50 dimanche après s'être aventurés sur la glace à bord d'un véhicule tout terrain muni d'une petite remorque.

Réal Fréchette, 52 ans, et son frère Denis, 59 ans, tous deux de Sherbrooke, ont été repêchés et conduits en ambulance au Centre hospitalier de Magog. Leur décès a été constaté par le médecin de garde malgré les efforts des ambulanciers qui pratiquaient les manoeuvres de réanimation cardiaque depuis leur sortie de l'eau.

Les pompiers de Magog et de North Hatley ont été dépêchés sur les lieux pour porter secours aux deux hommes, qui ont traversé la fine glace à une soixantaine de mètres de la rive. Le plongeur du service d'incendie de North Hatley a été appelé à effectuer une plongée pour retrouver les victimes. Les policiers de la Régie de police de Memphrémagog ont dévoilé l'identité des deux victimes en fin d'après-midi après avoir prévenu leurs familles. Un coroner a été également contacté.

D'un geste héroïque, un riverain âgé de 75 ans a tenté de leur venir en aide en rampant sur la glace. Il a coulé à son tour lorsque la glace d'environ un pouce d'épaisseur a cédé sous son poids. Par chance, il a réussi à se sortir de l'eau grâce à l'intervention de trois pêcheurs. Il a été conduit au CHU de Sherbrooke afin d'être traité pour une hypothermie. On ne craint pas pour sa vie.

« Insensé »

Des résidants du secteur s'étonnent de voir que des gens osent encore s'aventurer sur les glaces fragiles du lac Magog.

« Avec la température qu'il fait en ce moment et la pluie des derniers jours, c'est impensable selon moi d'aller sur le lac. Avec le courant de la rivière, ça dégèle encore plus vite. C'est insensé. Je ne crois pas qu'il y ait personne qui vérifie l'épaisseur de la glace », mentionne Pierre Léger qui habite le quartier.

« J'y vais quelques fois sur le lac l'hiver, mais je n'oserais jamais m'y aventurer à ce temps-ci. On voit pratiquement l'eau à travers la glace tellement c'est mince. Sur la rive, c'est encore plus mince. Des téméraires il y en aura toujours faut croire», ajoute un autre résidant.

L'endroit est très populaire auprès des amateurs de véhicules motorisés. Par le passé, une piste de course hivernale y a été aménagée. Les riverains espèrent que l'incident incitera à la prudence. L'évènement survient près de deux ans après la mort du motoneigiste Samuel Brisebois, qui avait également sombré dans les eaux du lac Magog le 12 mars 2014.

Le décès des deux victimes a été constaté au Centre hospitalier de Magog malgré les efforts des ambulanciers qui avaient pratiqué les manoeuvres de réanimation cardiaque depuis leur sortie de l'eau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer