Introduction armée : trois individus accusés

Les enquêteurs de la Régie de police Memphrémagog... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les enquêteurs de la Régie de police Memphrémagog ont retrouvé l'arme et effectué des expertises. Avec les empreintes, ils ont pu relier les trois individus au crime allégué.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Trois individus pourraient payer très cher leur aventure criminelle à Magog en octobre 2015.

Paskinel Roy-Thivierge, Michaël Jolin et Marc-André Bertrand sont accusés de complot, d'introduction par effraction dans but de commettre un acte criminel, de possession d'arme à feu et de vol qualifié en utilisant une arme à feu.

Ce seul chef d'accusation est passible d'une peine minimale de quatre ans de détention.

La procureure aux poursuites criminelles Me Laila Belgharras a spécifié au tribunal, mardi, que le ministère public ne pouvait déroger de cette peine minimale.

Le trio est accusé de s'être rendu chez un individu de la rue Stanley à Magog avec l'intention de lui soutirer de l'argent. La victime s'était vanté posséder 6000 $ en argent comptant.

Pendant que Bertrand se trouvait dans la résidence de la victime, les deux autres individus se seraient présentés à la porte du logement.

Ils auraient bouché le judas de la porte pour empêcher le locataire de les voir et réussir à se faire ouvrir.

Une fois à l'intérieur, ils auraient commencé à tabasser l'occupant des lieux.

Effrayée par la situation, la victime a choisi de sauter en bas du balcon de son logement situé au troisième étage de son immeuble. La victime s'est infligé plusieurs fractures.

Les individus ont pris la fuite. Ils auraient lancé l'arme ayant servi au crime dans la rivière Magog située à proximité.

Un témoin a averti les policiers de cet événement.

Les enquêteurs de la Régie de police Memphrémagog ont retrouvé l'arme et effectué des expertises. Avec les empreintes, ils ont pu relier les trois individus au crime allégué.

Seul Michaël Jolin a été amené devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, mardi.

Me Caroline Monette, Me Patrick Fréchette et Me Jean Leblanc défendent les trois accusés dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer