Exclusif

De nouvelles accusations contre Jean-François Brisson

Déjà accusé d'avoir fraudé le club nautique de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Déjà accusé d'avoir fraudé le club nautique de Sherbrooke, Jean-François Brisson verra deux nouvelles accusations de fraude à l'endroit de connaissances être déposées contre lui mardi au palais de justice de Sherbrooke.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Déjà accusé d'avoir fraudé le club nautique de Sherbrooke, Jean-François Brisson verra deux nouvelles accusations de fraude à l'endroit de connaissances être déposées contre lui mardi au palais de justice de Sherbrooke.

Brisson a été arrêté et mis en accusation en octobre 2015 pour des fraudes de plus de 70 000 $.

Le procureur aux poursuites criminelles Me Andy Drouin a autorisé deux nouvelles accusations de fraude de moins de 5000 $. La plus récente aurait été réalisée entre le 4 octobre 2013 et le 4 avril 2014.

Brisson aurait subtilisé le courrier de sa colocataire de l'époque. Il se serait ainsi approprié des chèques qu'il aurait encaissés.

Le 19 novembre 2012, Brisson aurait volé un chèque à un collègue de travail. Il aurait imité la signature pour encaisser le chèque.

La Tribune a obtenu les dénonciations de ces deux nouvelles accusations qui s'ajouteront à celles portées à l'automne 2015 pour lesquelles Brisson revient, mardi, devant le tribunal.

Bien connu des milieux communautaires et des affaires à Sherbrooke, Brisson aurait profité de ses fonctions au club nautique de Sherbrooke pour frauder cet organisme d'un montant d'environ 54 000 $.

Jean-François Brisson est aussi accusé d'avoir utilisé un autre stratagème pour frauder la compagnie de gestion immobilière Cogir dont le siège social est situé dans la région de Montréal entre septembre 2013 et mai 2014.

L'individu de 35 ans aurait alors utilisé un stratagème différent envers cette entreprise de gestion. Il aurait simulé un cancer pour solliciter des dons afin de payer ses traitements. Il a réussi de cette façon à encaisser environ 20 000 $ de la part de son employeur.

Brisson demeure en liberté sous condition dans cette affaire. Il possède des antécédents judiciaires de fraude par chèque, introduction par effraction et conduite avec les facultés affaiblies.

C'est Me Andy Drouin qui représente le ministère public dans cette affaire, alors que Me Karine Arsenault-Sirois de l'aide juridique défend l'accusé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer