Fusillade à Magog : l'évaluation psychiatrique de St-Arnaud est prolongée

La fusillade a eu lieu la semaine dernière... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

La fusillade a eu lieu la semaine dernière à Magog.

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'évaluation psychiatrique de l'individu à l'origine de la fusillade à Magog à la fin-février se poursuivra encore pour une semaine.

Timothy Saint-Arnaud, 30 ans, est accusé de voies de fait armées sur des policiers et de voies de fait causant des lésions.

Saint-Arnaud avait comparu de son lit d'hôpital la semaine dernière.  Le psychiatre judiciaire responsable de son dossier a demandé une semaine supplémentaire pour évaluer son aptitude à comparaître.

Saint-Arnaud a été blessé par balle vers 2h du matin dans la nuit du 28 au 29 février, lorsque des agents de la Régie de police de Memphrémagog sont intervenus sur la rue Saint-Luc, à la suite d'un appel d'urgence.

Soutien psychologique aux policiers

Les policiers qui ont participé à la fusillade survenue à l'angle des rues Saint-Luc et Saint-Jean-Bosco à Magog ont reçu un soutien sur le plan psychologique.

Des policiers de la Régie de police Memphrémagog avaient ouvert le feu en direction d'un homme âgé de 30 ans, Timothy Saint-Arnaud, vraisemblablement en état de crise. L'enquête a été confiée à la Sûreté du Québec.

L'homme atteint par les policiers avait entre ses mains une arme blanche ainsi qu'une carabine à plomb et était menaçant au moment des événements.

Le dossier de Timothy Saint-Arnaud reviendra devant le tribunal le 15 mars prochain.

C'est Me Andy Drouin qui représente le ministère public dans cette affaire, alors que Me Jessyka Duval assure la défense de l'accusé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer