Incendie criminel à St-François: les deux suspects demeurent détenus

Une impressionnante liste d'accusations attendait l'homme et la femme  arrêtés... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une impressionnante liste d'accusations attendait l'homme et la femme  arrêtés à la suite de l'incendie criminel survenu à Saint-François-Xavier-de-Brompton en fin de semaine.

Julie Simoneau Audy... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Julie Simoneau Audy

Photo tirée de Facebook

Rappelons que les deux suspects avaient été appréhendés à la suite d'une poursuite policière en marge de l'incendie ayant détruit une maison unifamiliale située à Saint-François-Xavier-de-Brompton, alors que ses occupants se trouvaient en vacances en Floride.

La résidence est une perte totale.

Watson et Simoneau Audy avaient été arrêtés par la Sûreté du Québec (SQ) à Saint-Georges-de-Windsor au terme d'une folle poursuite policière.

Karl Watson, d'Asbestos, et Julie Simoneau Audy, de Sherbrooke, ont été accusés d'introduction par effraction et de vol, d'incendie criminel, de vol de véhicule, de fuite de policier, de conduite dangereuse, de voies de fait contre un policier et de possession d'outils de cambriolage.

Séparément, ils ont été accusés de bris de condition de leur remise en liberté dans d'autres dossiers de justice.

La Couronne représentée par Me Andy Drouin s'est opposée à leur remise en liberté.

Ce dernier ne pouvait dire si l'homme et la femme forment un couple dans la vie.

Watson et Simoneau Audy devront revenir en cour jeudi pour déterminer la possibilité de tenir une enquête sur remise en liberté.

«Je vais prendre le temps d'analyser la preuve qui est assez volumineuse», dit l'avocat des deux accusés, Me Benoit Gagnon.

«Nous pourrons décider si on doit procéder pour une enquête sur remise en liberté jeudi.»

Karl Watson... (Photo tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Karl Watson

Photo tirée de Facebook

Karl Watson et Julie Simoneau Audy avaient comparu une première fois par voie téléphonique en fin de semaine à la suite de leur arrestation, ajoute M. Gagnon.

Les accusations portées contre eux peuvent déboucher sur de lourdes peines, fait remarquer, Me Drouin. Celle d'introduction par effraction peut entrainer un emprisonnement à perpétuité. Une condamnation pour incendie criminel peut s'accompagner d'une peine de 14 ans de prison.

Il n'est pas exclu que d'autres accusations soient portées.

La page Facebook de Watson montre plusieurs photos et vidéos sexy, ainsi que des images dégradantes envers les policiers de la SQ. On peut y voir aussi la représentation d'une affiche demandant qu'on appuie la cause des Hells Angels de Sherbrooke, soit le fameux Support 81 Sherbrooke (où 8 pour H et 1 pour A). Enfin, il s'y décrit comme un «acteur de films pornographiques».

Celle de Julie Simoneau Audy n'est pas plus joyeuse, regorgeant de phrases blessantes et de gros mots souvent violents.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer