Yves Cloutier délinquant à contrôler: «Il ne changera jamais...»

«Ce sont des gestes qui brisent une vie. Que ce soit des attouchements ou des... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «Ce sont des gestes qui brisent une vie. Que ce soit des attouchements ou des agressions, ça brise une vie. C'est de ça qu'il n'est pas conscient. Yves Cloutier a brisé plus qu'une vie.»Une victime d'Yves Cloutier, qui a assisté jeudi à l'imposition de la peine du prédateur sexuel, a accepté de commenter la peine de celui qui a été déclaré délinquant à contrôler.

Elle a été agressée sexuellement par l'individu alors qu'elle avait moins de 14 ans dans la région de Granby.

«Je pense chaque jour à ces événements. Tu te lèves le matin et tu te couches le soir et tu y as pensé. Même si tu te dis qu'il est en prison, tu as toujours un petit quelque chose en dedans de toi qui fais en sorte que cette peur revient. J'ai eu peur longtemps des hommes après ces événements», indique la femme.

Des larmes coulaient sur ses joues lorsque les avocats faisaient leurs représentations au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

«Je suis au courant de plusieurs dossiers concernant cet individu. Il ne changera jamais. Il a toujours été comme ça et va le rester. Je ne l'avais jamais revu depuis les événements. De le revoir et qu'il n'ait pas de remord et son petit crisse de sourire de fendant, c'est ce qui me fait dire qu'il n'a rien compris» estime la victime de Cloutier maintenant âgée de 27 ans.

C'est à la suite de la médiatisation d'une agression faite par Cloutier d'une femme de 21 ans qui avait été séquestrée qu'elle a décidé de porter plainte.

Elle aurait espéré une peine plus longue pour le multirécidiviste.

«Il n'a aucun remords de ce qu'il a fait. Il ne s'excusera jamais. Selon moi, la peine n'est pas assez grande pour tout ce qu'il a fait à moi, à toutes les autres victimes et à toutes celles qui n'ont pas porté plainte», estime cette femme qui est convaincue que d'autres victimes de Cloutier n'ont pas dénoncé les agressions.

«J'invite les victimes à dénoncer et à se tenir debout devant leur agresseur. Même si la peine n'est pas assez grande à mon goût, au moins il a reçu une peine», indique cette femme qui s'est tenue debout devant Yves Cloutier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer