Incendie sur la rue Louis-Beaupré

Un incendie a causé pour environ 50 000 $ de dommages sur la rue Louis-Beaupré... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un incendie a causé pour environ 50 000 $ de dommages sur la rue Louis-Beaupré à Sherbrooke. C'est le propriétaire de l'immeuble qui a constaté la présence de fumée vers 10 h, jeudi avant-midi.

« Nous ne savons pas encore ce qui s'est passé. Peut-être un problème électrique. Il y a passablement de dommages au sous-sol. Il n'y avait personne dans le logement lorsque l'incendie est survenu», explique le propriétaire de Maxime Pinard.

Le Service de protection contre les incendies de Sherbrooke a ouvert une enquête pour déterminer les causes de cet incendie.

«Le propriétaire nous a appelés pour une présence de fumée autour de son foyer. Après des recherches, on s'est aperçu que le feu a pris naissance à l'arrière du foyer et s'était propagé au plancher qui correspond au plafond du sous-sol. Le feu faisait rage entre les poutrelles. Il a fallu défaire le plafond pour avoir accès à la source de l'incendie » explique le chef aux opérations du SPIS, Simon Brière.

Tabac de contrebande : lourdes amendes pour deux Sherbrookoises

Deux Sherbrookoises devront acquitter de fortes sommes pour avoir participé à du trafic de tabac illégal.

Une amende de 172 410 $ est imposée à Karine Baillargeon. Cette condamnation, prononcée par le juge de paix magistrat Sylvie Desmeules, est le résultat d'une opération effectuée par la GRC, le 30 novembre 2010.

Les policiers avaient investi la résidence de Baillargeon et y ont saisi 45 400 cigarettes de contrebande. Pour sa part, Danika Baillargeon a aussi 12 mois pour verser 186 500 $ d'amende à la suite d'une condamnation prononcée par la même juge.

Le même jour en 2010, les policiers fédéraux avaient effectué une perquisition visant la résidence de Baillargeon. Ils y ont saisi 404 cigarettes de contrebande.

Dans les deux cas, la cour a ordonné la confiscation et la destruction du tabac saisi, annonce un communiqué de presse de Revenu Québec. Les deux Sherbrookoises font partie de personnes reconnues coupables d'infractions liées à la contrebande de tabac. Ces huit personnes ont été condamnées à payer des amendes totalisant plus de 1 073 000 $, dans des délais variant de 2 à 24 mois.

De plus, l'une d'elles, Charles Patenaude de Saint-Césaire, a été condamnée à purger une peine d'emprisonnement. «, note le ministère.

« Ces personnes n'étaient pas inscrites aux fichiers de Revenu Québec et n'étaient titulaires d'aucun des permis exigés par la Loi pour exercer des activités commerciales liées aux produits du tabac », note le ministère.

Agente Landry : les requêtes en arrêt des procédures débattues en juin

Les requêtes en arrêt des procédures dans le dossier de l'agente Caroline Landry du Service de police de Sherbrooke seront débattues le 10 juin prochain.

Selon la trame factuelle, l'accusée serait entrée en collision avec un véhicule stationné, lui causant des dommages matériels.

Elle aurait par la suite quitté les lieux.

Les événements seraient survenus en pleine nuit devant le commerce Serrurerie Multi-Clés, situé au 1374 de la rue King Ouest.

La femme de 38 ans a été citée à son procès en septembre dernier pour avoir omis de s'arrêter lors d'un accident le 1er mai 2014.

L'avocat de la défense Me Alexandre Tardif a déposé une requête en arrêt des procédures dans cette affaire et le ministère public a répliqué par une requête en rejet. Me Tardif souhaite aussi contre-interroger la procureure qui a autorisé les accusations.

Caroline Landry considère qu'elle a été traitée injustement par le fait qu'elle est policière.

C'est Me Annie-Claude Chassé qui représente le ministère public dans cette affaire.

Autre agression violente à Drummondville

La Sûreté du Québec (SQ) a ouvert une enquête à la suite de la découverte d'un homme blessé dans son logement de la rue Saint-Aimé Drummondville, mercredi soir.

La victime, découverte vers 22 h, aurait été blessée par un objet contondant, indique Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ. « L'homme a été transporté à l'hôpital et on ne craint pas pour sa vie. » « L'enquête commence. Il faudra rencontrer la victime pour avoir sa version des événements. Pour le moment, les enquêteurs n'ont pas beaucoup de détails », dit-elle. Contrairement aux informations qui

circulent, on ne peut parler d'une violation de domicile pour le moment dans cette affaire.

« Ce n'est pas un vol et ce n'est pas une introduction par effraction », assure Mme Asselin. « Plusieurs informations restent à valider. » Cette affaire n'est pas sans rappeler une autre agression survenue le 8 février dernier en soirée, quand deux individus ont fait irruption dans un appartement de la 11e avenue à Drummondville. Ils auraient agressé l'occupant des lieux, volé certains objets de valeur et pris la fuite.

Vol à l'étalage : la RPM incite les commerçants à porter plainte

La Régie de police de Memphrémagog (RPM) se réjouit de voir qu'un commerçant n'a pas hésité à déposer une plainte contre deux voleurs à l'étalage. En fin de journée mercredi, les policiers de la RPM se sont rendus au magasin Walmart de Magog. Un couple dans la vingtaine a été arrêté pour vol à l'étalage d'une valeur de moins de 200 $. Les deux présumés voleurs ont été libérés sous promesse de comparaître ultérieurement devant le tribunal avec la condition de ne pas se présenter au magasin de la rue Sherbrooke. « Les commerces devraient tous porter plainte lorsqu'ils sont victimes de vol afin de faire comprendre aux voleurs qu'il y a des conséquences à leur geste », note M. Guay.

Pendant ce temps, le Service de police de Sherbrooke (SPS) lance un avis de recherche afin de retrouver une voleuse ayant jeté son dévolu sur le magasin Sears de Sherbrooke. Vers 14 h 34 le 29 janvier dernier, une femme est entrée dans le commerce du boulevard de Portland. Elle a choisi quatre manteaux et a quitté les lieux sans payer. Lors du vol, la femme d'environ 25 ans portait un manteau foncé avec un capuchon bleu et vert, un chandail rouge, un jeans bleu pâle et un sac à dos rouge. On peut communiquer avec le SPS au 819 821-5544 ou au 819 821-5555.  

Avec Claude Plante

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer