Quinze ans de prison pour le prédateur sexuel Yves Cloutier

Le prédateur sexuel Yves Cloutier a été condamné... (123RF)

Agrandir

Le prédateur sexuel Yves Cloutier a été condamné à 15 ans de pénitencier en plus d'être déclaré délinquant à contrôler, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le prédateur sexuel Yves Cloutier a été condamné à 15 ans de pénitencier en plus d'être déclaré délinquant à contrôler, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.

Yves Cloutier... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Yves Cloutier

Photo fournie

Cloutier doit purger 11 ans de prison à compter de ce jour et sera encadré par les autorités carcérales par la suite pour une période de dix ans, soit la période maximale permise par le Code criminel.

La peine globale est de 15 ans et quatre mois à laquelle la détention provisoire en isolement calculée à temps et demi purgée depuis son arrestation en mars 2013 a été retranchée.

« Vous représentez un danger extrêmement élevé pour la société et vous le savez. Ce n'est pas pour rien que vos avocats n'ont pas contesté la requête pour vous faire déclarer délinquant à contrôler. Vous allez recevoir des soins pour vous aider, afin de ne plus représenter le risque actuel », a mentionné le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec en imposant la peine.

Le délinquant sexuel entrait chez ses victimes pour les violer à Sherbrooke et Granby. Il a répété ce stratagème en 1997 et 2010. La médiatisation du dossier a fait en sorte que deux autres victimes se sont dévoilées.

Cloutier a reconnu sa culpabilité en février 2015 à des gestes d'attouchements sexuels sur un garçon de moins de 16 ans entre janvier 1994 et décembre 1997, puis d'agression sexuelle sur une fillette de moins de 16 ans entre janvier 2001 et décembre 2002.

La première infraction à laquelle il a plaidé coupable est survenue en juillet 1997 à Granby.

Il est entré par une fenêtre et a agressé sexuellement la femme qui se trouvait dans le logement. En janvier 2010, il a frappé à la porte d'une femme de Sherbrooke.

Il a réussi à entrer dans le logement sous un faux prétexte pour séquestrer la femme et l'agresser sexuellement.

En décembre 2011, il est encore une fois entré dans un logement de Sherbrooke. Il portait alors une tuque et des lunettes qu'il a échappées dans le logement. Il a pris la fuite en laissant ces éléments compromettants sur place. À partir de cheveux retrouvés dans la tuque, les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont réussi à remonter jusqu'à Yves Cloutier.

« Une grosse sentence... »

Invité à s'adresser au tribunal avant de recevoir sa peine, Cloutier a mentionné: « Je trouve que c'est une grosse sentence, c'est tout », sans exprimer de remord ou présenter d'excuse aux victimes.

« Les crimes que vous avez reconnus sont d'une extrême gravité et s'échelonnent sur plusieurs années. Certains de ces crimes sont les plus graves du Code criminel après le meurtre. Vous avez pénétré dans le domicile pour agresser de façon brutale des personnes seules. Cette peine n'est pas exagérée », a répliqué le juge Chapdelaine.

Des rapports sexologique et présentenciel ont été préparés dans cette affaire concernant le multirécidiviste.

« C'est son intention de travailler sur lui-même et d'aller vers les ressources qui pourront l'aider. Il n'a pas pu aller chercher les ressources avant étant donné qu'il était détenu en isolement », a expliqué au tribunal son avocat Me Nicolas Cossette.

Le juge Chapdelaine a entériné la suggestion commune de la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme et des avocats de la défense Me Jessyka Duval et Me Nicolas Cossette de l'aide juridique.

Le nom d'Yves Cloutier sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour dix ans. Il ne pourra entrer en contact avec des enfants de moins de 16 ans et se trouver à moins de deux kilomètres de la résidence de ses victimes à perpétuité.

« Il ne changera jamais... »

« Ce sont des gestes qui brisent une vie. Que ce soit des attouchements ou des agressions, ça brise une vie. C'est de ça qu'il n'est pas conscient. Yves Cloutier a brisé plus qu'une vie. »

Une victime d'Yves Cloutier, qui a assisté jeudi à l'imposition de la peine du prédateur sexuel, a accepté de commenter la peine de celui qui a été déclaré délinquant à contrôler.

Elle a été agressée sexuellement par l'individu alors qu'elle avait moins de 14 ans dans la région de Granby.

« Je pense chaque jour à ces événements. Tu te lèves le matin et tu te couches le soir et tu y as pensé. Même si tu te dis qu'il est en prison, tu as toujours un petit quelque chose en dedans de toi qui fais en sorte que cette peur revient. J'ai eu peur longtemps des hommes après ces événements », indique la femme.

Des larmes coulaient sur ses joues lorsque les avocats faisaient leurs représentations au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

« Je suis au courant de plusieurs dossiers concernant cet individu. Il ne changera jamais. Il a toujours été comme ça et va le rester. Je ne l'avais jamais revu depuis les événements. De le revoir et qu'il n'ait pas de remord et son petit crisse de sourire de fendant, c'est ce qui me fait dire qu'il n'a rien compris » estime la victime de Cloutier maintenant âgée de 27 ans.

C'est à la suite de la médiatisation d'une agression faite par Cloutier d'une femme de 21 ans qui avait été séquestrée qu'elle a décidé de porter plainte.

Elle aurait espéré une peine plus longue pour le multirécidiviste.

« Il n'a aucun remords de ce qu'il a fait. Il ne s'excusera jamais. Selon moi, la peine n'est pas assez grande pour tout ce qu'il a fait à moi, à toutes les autres victimes et à toutes celles qui n'ont pas porté plainte », estime cette femme qui est convaincue que d'autres victimes de Cloutier n'ont pas dénoncé les agressions.

« J'invite les victimes à dénoncer et à se tenir debout devant leur agresseur. Même si la peine n'est pas assez grande à mon goût, au moins il a reçu une peine », indique cette femme qui s'est tenue debout devant Yves Cloutier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer