Harcèlement d'agentes du Centre de détention: aucune confirmation

Ni la Sûreté du Québec ni le ministère de la Sécurité publique du Québec ne... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ni la Sûreté du Québec ni le ministère de la Sécurité publique du Québec ne confirment qu'une enquête est ouverte concernant une affaire de harcèlement de deux agentes des services correctionnels du Centre de détention de Sherbrooke.

«Nous ne pouvons infirmer ou confirmer qu'il y a une enquête à ce sujet», explique la porte-parole du ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP), Louise Quintin.

TVA Sherbrooke révélait que le MSP enquêtait sur la direction du centre de détention de Sherbrooke qui aurait fermé les yeux sur le cas deux agentes correctionnelles qui auraient été harcelées pendant plusieurs années par des collègues masculins.

Les harceleurs seraient quatre agents correctionnels et deux chefs d'unité, qualifiés de misogynes, qui estimeraient que les femmes n'ont pas leur place dans le milieu carcéral.

Cette vaste enquête serait en cours depuis six mois, mais les deux travailleuses auraient vécu ces gestes d'intimidation pendant trois ans.

Leur casier a été souillé par des excréments. Des médicaments, dont des épipens qui appartenaient à des détenus, auraient été volés et placés dans leur casier à leur insu, des rapports auraient été falsifiés et des documents confidentiels auraient disparu de leur casier et les écrous sur la roue de la voiture d'une agente correctionnelle auraient été dévissés à deux reprises en novembre et décembre 2015.

Tout comme le MSP, la Sûreté du Québec ne peut affirmer ou infirmer qu'une enquête est en cours à ce sujet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer