Douze mois dans la collectivité pour avoir fraudé l'aide sociale

Ana Milena Padilla Vaquero sera confinée à passer... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Ana Milena Padilla Vaquero sera confinée à passer les 12 prochains mois à sa résidence pour avoir mis sur pied un stratagème visant à frauder le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Ana Milena Padilla Vaquero sera confinée à passer les 12 prochains mois à sa résidence pour avoir mis sur pied un stratagème visant à frauder le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Selon ce qui a été mis en preuve, la supercherie aurait permis de voler le gouvernement de plusieurs centaines de milliers de dollars.

Au moment d'acquiescer à la suggestion commune des procureurs, la juge Marie-Josée Ménard a indiqué qu'il s'agissait là d'une peine sévère et a conseillé l'accusée de suivre à la lettre les conditions d'incarcération, sans quoi elle devra purger le reste de sa sentence derrière les barreaux.

Canadienne d'origine colombienne, Vaquero est à l'origine, conjointement avec sa soeur Yaneth Reina Vaquero et Francisco David Vera Espino, d'une fraude de taille impliquant plus de 180 personnes immigrants. Bon nombre d'entre eux ont été arrêtés et appelés à comparaître dans le cadre de l'Opération Filet, mise sur pied en 2010.

Afin de mener à bien ce stratagème, les instigateurs ont créé une agence de placement de personnel qui émettait des talons de paie frauduleux. Elle compensait le travail de ses membres en argent comptant et ne déclarait que des sommes de 200 $ ou 300 $ pour un couple. Les fonctionnaires du Centre local d'emploi ont fini par découvrir la combine et ont porté plainte aux policiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer