Pornographie juvénile: 15 mois de prison pour Benoit Chassé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Benoit Chassé de Sherbrooke vient d'être condamné à 15 mois de prison pour des accusations en lien avec la pornographie juvénile.

Chassé a reconnu sa culpabilité à des accusations d'accès, de possession et de distribution de pornographie juvénile entre 2008 et 2012, au palais de justice de Sherbrooke.

Chassé était en train de télécharger des images de pornographie juvénile lorsque les policiers de la division des enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur internet de la Sûreté du Québec sont débarqués chez lui. Le Service de police de Sherbrooke a aussi collaboré à cette intervention policière.

Ce sont environ 1300 fichiers de pornographie juvénile, majoritairement des photos, qui ont été trouvées dans l'ordinateur de l'accusé. Les images criminelles étaient essentiellement des photos de jeunes filles de 8 à 14 ans.

L'un des chefs d'accusation qui pèse contre Chassé est passible d'une peine d'emprisonnement minimale d'une année.

Benoit Chassé est un individu qui présente une personnalité limite.

En imposant la peine, la juge Claire Desgens de la Cour du Québec a tenu compte de ce trait de personnalité.

En plus de la peine de détention de 15 mois, Benoit Chassé a été soumis à une probation de trois ans avec suivi. Son nom sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans.

C'est Me Kim Dingman qui défendait l'accusé, alors que Me Joanny Saint-Pierre représentait le ministère public.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer