La présumée victime d'un ex-champion de patinage artistique se confie

Ian Martinez est accusé d'avoir agressé sexuellement une... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Ian Martinez est accusé d'avoir agressé sexuellement une patineuse d'âge mineur.

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) La présumée victime de l'ancien champion de patinage artistique Ian Martinez a raconté les sévices que lui aurait fait subir son entraîneur alors qu'elle était sous ses ordres en 2013 et 2014. Elle a fait état d'une poignée d'événements à caractère sexuel se déroulant dans la voiture de l'accusé, à son domicile et lors de voyages de patinage.

« Il a retiré mon chandail, puis il a ôté ma brassière. Il m'a ensuite touché sous mes bobettes, a-t-elle raconté. Je l'ai retenu un peu, je lui disais d'arrêter, que je n'étais pas confortable avec ça, mais il s'en foutait de ce que je disais ou de ce que je pensais. »

Le récit de la jeune femme, dont l'identité ne peut être dévoilée, est celui d'une patineuse qui rêve d'obtenir du succès dans son sport à l'image de son entraîneur. Elle est prête à faire les sacrifices pour y arriver et à répondre aux menaces de celui qui s'occupe de sa carrière.

« Je me sentais comme un objet, comme si j'étais sa poupée. Je ne pouvais rien faire. J'étais vulnérable à fond, se souvient-elle. Si ç'avait été quelqu'un d'autre, une autre connaissance, je serais partie, mais là, c'était mon coach. »

Martinez s'en serait pris à sa victime à au moins deux reprises dans sa voiture, alors qu'il la raccompagnait à la maison. Il lui aurait alors mis une main sur la cuisse avant de l'embrasser. Un peu plus tard, en janvier 2014, il l'aurait convoqué à une séance d'entraînement hors glace qui n'avait finalement rien de régulier.

« Je me suis rendu au sous-sol, dans ma tête, c'était impossible que ce soit un véritable entraînement. C'est sûr que quelque chose du genre allait arriver. Il s'est couché derrière moi, il me caressait et jouait dans mes cheveux. Je ne me sentais vraiment pas bien, a-t-elle dit. Chaque fois que je lui disais d'arrêter, il me menaçait, il me regardait avec des yeux méchants et il n'était pas content. Il me disait qu'il avait de bons contacts et que, sans lui, je n'aurais plus rien dans le patin. »

Prévu pour quatre heures, le procès de l'homme de 27 ans a été suspendu en fin de journée lundi et sera repris ultérieurement. 

Le patineur, qui représentait le Club de patinage artistique de Laval, s'est hissé parmi les meilleurs patineurs canadiens au cours de sa courte carrière. Il a notamment inscrit une septième place nationale en 2009.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer