Un pharmacien responsable de la mort d'un patient

Thanh Thien Truong, un pharmacien oeuvrant sous la bannière Uniprix à... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Thanh Thien Truong, un pharmacien oeuvrant sous la bannière Uniprix à Drummondville, a été condamné à 3000 $ d'amende, ainsi qu'à 20 heures de stage en milieu communautaire pour avoir remis un pilulier aux indications erronées à l'un de ses patients.

Ce dernier en est mort.Pour traiter une arthrite, le médecin du patient a prescrit de prendre trois comprimés de 2,5 mg de méthotrexate tous les vendredis au souper, une fois par semaine. Toutefois, son pharmacien lui a livré un pilulier qui contient trois comprimés de 2,5 mg à prendre chaque jour.

Suivant la posologie, le patient, âgé de 89 ans, a ingurgité ses trois comprimés pendant 13 jours consécutifs. Il en a fait une surdose et est décédé des suites d'une intoxication au méthotrexate. Thanh Thien Truong est le pharmacien qui a vérifié le pilulier.

Suite à ces événements, le syndic adjoint de l'Ordre des pharmaciens du Québec ouvre une enquête, le 4 février 2015. La responsable de l'enquête, Nathalie Lacasse, récolte alors les éléments qui lui permettent de déposer une plainte disciplinaire contre M. Truong, lui reprochant d'avoir été négligent dans l'exercice de sa profession.

Les faits reprochés sont survenus entre le 18 et le 31 juillet 2014. C'est le 27 juillet, neuf jours après le début de la prise de médicaments, que la conjointe du patient s'aperçoit que quelque chose ne tourne pas rond. Elle informe alors l'infirmière de la résidence pour personnes âgées que son conjoint a mal à la gorge et qu'il ne se rend plus à la salle à manger. Le lendemain, on constate la présence de champignons dans sa gorge.

L'état de santé du patient ne s'améliorant pas, l'infirmière communique avec la pharmacienne alors en fonction à la pharmacie le 30 juillet. Le fils du patient se rend alors à la pharmacie avec le pilulier afin de vérifier auprès de la pharmacienne si l'erreur anticipée s'avère. La pharmacienne suggère au fils du patient d'amener son père à l'hôpital où il est hospitalisé et rapidement confié à l'unité des soins intensifs. Son état se stabilise pendant quelques jours, mais de façon soudaine, le soir du 7 août 2014, il décède en « obstruction respiratoire haute ».

Le pharmacien a enregistré un plaidoyer de culpabilité dès le début des procédures déontologiques. Son stage de 20 h en milieu communautaire concerne précisément la vérification contenant-contenu en pharmacie.

En juillet 2014, M. Truong agissait comme remplaçant à la pharmacie Uniprix. Il affirme qu'il n'était pas familier avec les procédures de préparation et de vérification des piluliers ni avec les dossiers des patients à cet endroit.

ypoisson@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer