Un incendiaire passera les 45 prochaines fins de semaine en prison

Michel Letarte a reconnu avoir allumé des incendies... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Michel Letarte a reconnu avoir allumé des incendies dans des conteneurs dans l'est de Sherbrooke.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Michel Letarte qui avait semé l'émoi dans l'est de Sherbrooke en allumant des incendies criminels dans des conteneurs devra passer les 45 prochaines fins de semaine derrière les barreaux.

L'individu de 52 ans a reconnu des incendies criminels allumés le 15 novembre et le 6 décembre 2014 qui ont causé pour environ 500 $ de dommages chacun.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a ajouté 200 heures de travaux communautaires à la peine de 90 jours de prison discontinus imposée à Letarte.

«Ce sont des gestes criminels qui rendent des biens dangereux et qui provoquent des inconvénients à autrui», a mentionné le juge Chapdelaine à l'intention de l'accusé en entérinant la suggestion commune des avocats au dossier.

Le Service de police de Sherbrooke avait ciblé Letarte lors de la série d'incendies criminels de l'automne 2014 allumés autour de l'édifice à logements où il habitait.

Plusieurs petits incendies avaient été allumés dans des poubelles, mais Letarte a reconnu seulement les deux plus importants allumés dans des conteneurs. Ils ont été sans gravité, mais certains risquaient de prendre une ampleur plus grande s'ils n'étaient pas éteints rapidement.

Une preuve circonstancielle de traces de pas menant au logement de Michel Letarte de même qu'à son véhicule à partir de scènes de crime a permis de le relier aux incendies criminels.

L'accusé avait été détenu quatre jours à la suite de son arrestation. Il a respecté ses conditions de remise en liberté dont un couvre-feu.

«Il n'y a jamais eu d'autres incendies depuis l'arrestation de Michel Letarte», a précisé l'avocate de la défense Me Mélissa Gilbert.

Même s'il ne travaille pas, le juge a consenti à ce que Michel Letarte purge sa peine de façon discontinue afin qu'il puisse s'occuper de sa conjointe malade.

Une probation de deux ans avec suivi a été imposée à Michel Letarte. Il commencera à purger sa peine de détention de fin de semaine dès le 16 janvier.

Une fuite de gaz retarde l'ouverture du Bureau en gros

Une petite fuite de gaz dans une unité de chauffage située sur le toit du magasin Bureau en gros du boulevard de Portland à Sherbrooke a retardé son ouverture mercredi.

Le Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS) qui a été appelé sur place une première fois mardi soir était de retour mercredi matin sur place pour déterminer l'origine de cette odeur suspecte.

« Nous avons fait diverses recherches pour finalement trouver l'origine de cette odeur suspecte. Un technicien a pu procéder aux réparations lorsque la fuite a été identifiée», explique le chef aux opérations du SPIS, Alexandre Groleau.

Dès 6 h 30, les pompiers étaient sur place pour trouver la source du problème.

« Nous avions fait plusieurs lectures et il n'y avait aucun danger pour la santé ou de risque d'explosion », mentionne Alexandre Groleau.

Gaz Métro s'est rendu sur place pour assister le SPIS à trouver l'origine de cette odeur suspecte.

« C'est le premier employé qui est entré au travail qui nous a avertis que l'odeur était de retour. Nous avons procédé aux analyses et à la ventilation du bâtiment », mentionne Alexandre Groleau du SPIS.

Le magasin Bureau en gros a pu être rouvert à la clientèle en fin d'avant-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer