David Girard pose un défi au système judiciaire

Aucune ressource d'hébergement ne souhaite accueillir le pédophile... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Aucune ressource d'hébergement ne souhaite accueillir le pédophile David Girard en raison de son risque de récidive élevé.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) David Girard continue de poser un défi au système judiciaire.

Le pédophile récidiviste a vu sa sentence suspendue être révoquée par le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec mercredi au palais de justice de Sherbrooke.

David Girard avait été acquitté en mai 2013 d'accusations de tentative de séquestration et de tentative d'incitation à des contacts sexuels, mais avait été condamné par le tribunal parce qu'il n'avait pas respecté ses conditions en se rendant dans un vestiaire d'une piscine publique.

À la suite de son plaidoyer de culpabilité pour bris d'une ordonnance d'interdiction de se trouver dans un parc ou dans une zone où peuvent se trouver des personnes âgées de moins de 16 ans, il avait accepté de se soumettre à un traitement psychiatrique utilisé pour la première fois par l'équipe du CHUS. Une probation de trois ans lui avait été imposée avec la condition de rester dans une ressource appropriée à sa condition.

Girard a cependant brisé ses conditions de probation et a été expulsé du centre de ressource intermédiaire en santé mentale où il résidait après avoir agressé physiquement un intervenant.

Le 15 janvier 2016, David Girard devait terminer de purger une peine de détention pour cet épisode de violence.

« Depuis ce temps-là, la ressource ne veut plus garder David Girard. Après sa détention, le tribunal devra déterminer quelle est la peine appropriée pour la suite des choses », explique le procureur aux poursuites criminelles au dossier, Me Régis Juneau-Drolet.

Cette situation est en quelque sorte un retour à la case départ pour Girard qui se trouvait dans une situation semblable après son arrestation à l'été 2012.

Le juge a prononcé la révocation de la sentence suspendue assortie d'une probation de trois ans qui devait se terminer en août 2016 et devra imposer la peine appropriée qu'il aurait pu recevoir à l'époque.

Assurer la sécurité du public

« David Girard est un cas qui représente un beau défi pour le système judiciaire dans le sens où nous devons trouver une ressource appropriée à sa situation personnelle. La préoccupation de la poursuite demeure cependant d'assurer la sécurité du public. Nous ne voulons pas qu'il se retrouve sans encadrement étant donné son haut risque de récidive. Nous cherchons un équilibre entre les besoins de cette personne et les besoins de sécurité de la société », explique le procureur aux poursuites criminelles, Me Régis Juneau-Drolet.

Ce dernier a expliqué au tribunal que trois centres ont refusé d'accueillir Girard. Malgré une médication optimale, le risque de récidive de Girard demeure élevé.

L'avocate de la défense Me Caroline Saint-André de l'aide juridique a proposé la solution d'une famille d'accueil.

« Reste maintenant à voir l'encadrement qui pourrait être mis en place. Nous sommes encore en mode recherche », a mentionné au tribunal Me Saint-André.

Girard avait été libéré le 6 juillet 2012 après avoir purgé une pleine sentence pour une agression sexuelle sur deux jeunes enfants. Puisqu'on craignait qu'il puisse à nouveau commettre des crimes semblables, David Girard avait été mis sous surveillance par le Service de police de Sherbrooke (SPS).

L'homme qui demeurait chez sa mère s'est rendu, le 15 juillet 2012, au parc Triest dans l'est de Sherbrooke, où l'on retrouve une piscine publique. C'est au moment où ce dernier s'est présenté dans le bâtiment du vestiaire qu'il a été arrêté par des agents du SPS qui le suivaient.

La sentence suspendue lui avait été imposée après de multiples démarches pour trouver la peine appropriée au bris de condition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer