Incendie: gare aux cendres chaudes, disent les autorités

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À la suite de l'incendie survenu dans l'arrondissement de Fleurimont, les autorités mettent en garde la population contre les dangers de l'entreposage des cendres chaudes.

Le Service de protection contre les incendies (SPCIS) rappelle les consignes de sécurité.  Il faut vider régulièrement les cendres de l'appareil de chauffage et de les déposer dans un contenant métallique muni d'un couvercle.

Les étincelles de cendres chaudes peuvent facilement provoquer un incendie.

On doit entreposer le contenant à l'extérieur, car les cendres dégagent du monoxyde de carbone et éloigner le contenant des murs de la maison ou d'un cabanon. Les cendres peuvent rester actives jusqu'à 72 heures et même, dans certains cas, jusqu'à 120 heures.

ON demande de ne jamais mettre de cendres dans les bacs de compostage avant qu'elles soient parfaitement refroidies, soit après un délai minimum de sept jours. Le SPCIS recommande même d'accumuler les cendres durant toute la saison hivernale et d'en disposer seulement au printemps.

On suggère d'ajouter une pelletée de neige chaque fois qu'on dépose des cendres dans le contenant métallique. En fondant, la neige éteindra les tisons qui pourraient être encore actifs.

Pour de plus amples renseignements concernant les précautions à prendre avec les appareils de chauffage au bois pendant la période hivernale, on peut communiquer avec la Division de la prévention du SPCIS, en composant le 819 821-5517.

Des pertes évaluées à plus de 275 000 $

Rappelons que des cendres disposées trop près d'une résidence de la rue Véronique dans l'arrondissement de Fleurimont sont à l'origine d'un incendie survenu en début de nuit jeudi.

Les pertes au bâtiment sont évaluées à plus de 275 000 $.

Les deux adultes et leur enfant qui se trouvaient à l'intérieur de la résidence ont pu évacuer les lieux avant l'arrivée du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS).

« Personne n'a été blessé. L'occupant des lieux avait senti la fumée. Il a averti les autres membres de la famille et ils sont sortis à l'extérieur de la résidence », explique le chef aux opérations du SPIS, Christian Blais.

C'est un passant en voyant les flammes à l'extérieur qui a averti les pompiers.

« À notre arrivée, les flammes s'étaient attaquées à un mur extérieur et à la toiture. Nous avons tenté de contenir l'incendie, mais le bâtiment est une perte totale. Le revêtement d'une résidence adjacente a été endommagé par la chaleur de l'incendie », mentionne le chef Blais.

L'enquête du SPIS a permis de déterminer que ce sont des cendres chaudes mal entreposées près du bâtiment qui se sont ravivées pour causer cet incendie accidentel.

- Avec René-Charles Quirion

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer