Leurre informatique d'enfant: Dumais écope huit mois

Accusé de leurre informatique d'enfant, Marcel Dumais de... (Archives La Presse)

Agrandir

Accusé de leurre informatique d'enfant, Marcel Dumais de Sherbrooke avait été remis en liberté sous de sévères conditions.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Coupable de leurre informatique d'enfant et de contacts sexuels sur une mineure, Marcel Dumais a été condamné mercredi à une peine de huit mois de détention à Sherbrooke, mais surtout à une série de sévères conditions qui permettront son encadrement au cours des quinze prochaines années.

Le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec a aussi ajouté 45 jours de détention pour des bris de conditions.

Accusé de leurre informatique d'enfant, Marcel Dumais de Sherbrooke avait été remis en liberté sous de sévères conditions.

Cependant, il avait été surpris dans le vestiaire du centre sportif de l'Université de Sherbrooke avec un garçon. Libéré à la suite de ce bris de condition, Dumais a été intercepté à nouveau l'automne dernier devant une école primaire. Cette fois, il avait été condamné à 21 jours de prison.

Il était en attente de sa peine sur le dossier principal derrière les barreaux. La détention provisoire de 126 jours doit être déduite de la peine de prison imposée.

L'individu de 62 ans a plaidé coupable « d'avoir au moyen d'un ordinateur communiqué avec une personne de moins de 16 ans en vue de la perpétration à son égard d'une infraction de nature sexuelle » et de contact sexuel sur une personne de moins de 16 ans.

Les faits reprochés à Marcel Dumais se sont déroulés entre le 18 mai 2013 et le 17 septembre 2014.

Dumais avait repris contact sur Facebook avec une adolescente. Il avait réussi à la convaincre de la rencontrer. Dans un véhicule, il avait mis la main sur la cuisse de sa victime et l'avait embrassée sur la bouche.

Une série de sévères conditions ont été imposées à Dumais dans le cadre d'une probation de trois ans.

À sa sortie de prison, il devra suivre les recommandations de son agent de probation pendant deux ans. Il ne pourra se trouver à moins de deux kilomètres de la résidence de sa victime et tenter d'entrer en communication avec elle. Dumais devra s'abstenir d'approcher de tout endroit où pourrait raisonnablement se trouver des personnes de moins de 16 ans. Le nom de Marcel Dumais sera inscrit à perpétuité au registre des délinquants sexuels.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer