Un troisième avocat étudie le dossier de Michée Roy

Détenu depuis près d'un an, Michée Roy de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Détenu depuis près d'un an, Michée Roy de Richmond est accusé de l'homicide involontaire coupable de son enfant.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un troisième avocat de la défense pourrait entrer dans le dossier de Michée Roy au cours des prochaines semaines.

Détenu depuis près d'un an, Michée Roy de Richmond est accusé de l'homicide involontaire coupable de son enfant.

Comme toutes les fois où l'individu est de retour devant le tribunal, la mère de l'enfant était présente au palais de justice de Sherbrooke pour appuyer son conjoint.

Comme à son habitude, Michée Roy dévisageait des gens dans la salle d'audience et envoyait des baisers soufflés à sa conjointe à partir du box des détenus.

Michée Roy a changé d'avocat après avoir été cité à son procès pour l'une des plus graves accusations du Code criminel où il aurait secoué à mort son bébé de 69 jours.

Un avocat de Québec Me Félix-Antoine Doyon a accepté d'analyser la preuve au dossier et de discuter avec les avocats qui ont défendu Michée Roy depuis le début du processus avant de déterminer s'il accepte ou non le mandat que lui propose l'accusé.

L'un des anciens avocats de Michée Roy, Me Jean-Pierre Gagnon, a mentionné au tribunal qu'il transmettra le rapport d'une évaluation psychiatrique réalisée par le Dr Pierre Gagné dans le dossier.

Le décès de l'enfant est survenu dans la nuit 6 au 7 juin 2015.

L'enfant qui se trouvait dans un état neurovégétatif depuis les tristes événements survenus le 1er janvier dernier a succombé vraisemblablement des conséquences de ces gestes en juin dernier.

L'accusé possède de nombreux antécédents judiciaires ayant été condamnés à 59 reprises depuis 1998.

La peine maximale pour un homicide involontaire est la prison à perpétuité. Étant donné qu'aucune arme à feu n'est impliquée, aucune peine minimale ne s'applique.

Le dossier a été reporté au 2 février 2016. C'est Me Marie-Line Ducharme qui représente le ministère public dans cette affaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer