Colis suspect à l'UdeS: une fausse alerte pour de la farine

C'était le branle-bat de combat mardi à la faculté des lettres et sciences... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'était le branle-bat de combat mardi à la faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke, après la découverte d'un colis suspect contenant de la poudre.

C'était le branle-bat de combat mardi à la... (La Tribune, Isabelle Pion) - image 1.0

Agrandir

La Tribune, Isabelle Pion

L'affaire, qui a forcé l'évacuation de quelques pavillons de la faculté des lettres et sciences humaines, s'est finalement révélée une fausse alerte. Des gens avaient oublié une valise contenant de la farine dans un local, la veille, dans le cadre d'une simulation qui se déroulait dans un cours.

« Des gens sont venus pour dire qu'ils avaient oublié cette valise-là contenant de la farine », raconte le porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS), Martin Carrier. « Il n'y a pas eu de négligence », souligne-t-il en ajoutant qu'il s'agissait simplement d'un oubli. « Ça a engendré toute une opération, on n'avait pas le choix. »

Tout de suite après la découverte dans un local du pavillon A-4, une vingtaine de personnes ont dû être placées en confinement, des étudiants et certains policiers, par mesure de précaution. Le SPS et le Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS) ont été alertés vers 13 h 30 et l'opération s'est terminée en fin d'après-midi.

La Sûreté du Québec avait été demandée afin d'effectuer des analyses sur la substance, mais le travail du corps policier n'a finalement pas été nécessaire.

Par mesure préventive, les pavillons A3, A5 et A6 ont aussi été évacués et les cours suspendus.

L'évacuation s'est déroulée dans le calme, bien que plusieurs se demandaient ce qui se passait. « Tout ce qu'on a su, c'est qu'il y a eu un colis suspect », lance la professeure Hélène Cajolet-Laganière, croisée alors qu'elle quittait le campus. « Ce sont des agents de sécurité qui nous ont demandé de sortir. Ça s'est fait très calmement. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer