Dossier du psychologue scolaire Robert Pelletier: «Toutes les options sur la table»

Robert Pelletier...

Agrandir

Robert Pelletier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les discussions se poursuivent entre les avocats dans le dossier du psychologue scolaire Robert Pelletier accusé de leurre informatique d'enfant. L'homme de 50 ans était de retour lundi au palais de justice de Sherbrooke.

Il fait face à une accusation de leurre informatique d'enfant entre le 6 et le 20 juillet 2015

«Toutes les options sont encore sur la table. Nous sommes en discussions avec la poursuite afin de régler de la meilleure façon possible le dossier», explique l'avocat de la défense Me Jean-Guillaume Blanchette.

Ce dernier a convenu avec la procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre de reporter le dossier au 16 décembre prochain.

Robert Pelletier, qui était accompagné de proches devant le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec, ne sera pas obligé de se présenter devant le juge à son retour devant le tribunal.

«C'est certain que ce ne sont pas des moments faciles à traverser pour mon client d'autant plus que le dossier est médiatisé», indique l'avocat de la défense.

Lorsqu'il s'agit d'une accusation portée par voie sommaire comme c'est le cas dans le dossier de Robert Pelletier, le leurre informatique d'enfant est passible d'une peine minimale de prison ferme de 90 jours.

C'est par une conversation osée surprise par la mère de la victime alléguée que les corps policiers ont été mis sur la trace du psychologue scolaire Robert Pelletier de Sherbrooke.

Selon les motifs au soutien du mandat de perquisition qui ont permis de procéder à l'arrestation du psychologue scolaire de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), Pelletier savait que l'adolescent victime était mineur, homosexuel et qu'il était soutenu par sa famille.

Lors d'une conversation à caractère sexuel explicite sur Facebook, le psychologue scolaire lui aurait demandé ce qu'il aimait le plus à ce chapitre en lui avouant de son côté ses préférences.

C'est en se rendant récupérer son téléphone intelligent dans la chambre de son fils qui dormait que la mère de la victime alléguée a découvert les conversations qui servent de preuve au leurre informatique.

L'adolescent a été rencontré par le Service de police de Sherbrooke. Il a expliqué que l'individu lui avait demandé d'être son ami Facebook et qu'il avait accepté l'invitation parce qu'ils avaient plusieurs amis en commun.

Toutes les conversations entre l'adolescent et Pelletier ont été colligées lors de l'enquête.

Les enquêteurs en cybercriminalité de la division technologique de la Sûreté du Québec ont travaillé à localiser le suspect sur Facebook et à relier les adresses IP à Robert Pelletier.

Robert Pelletier a été suspendu de ses fonctions comme psychologue aux écoles primaires Larocque, des Quatre-Vents et l'Écollectif de Sherbrooke à la suite de son arrestation pour leurre informatique d'enfant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer