Condamné pour avoir tiré sur un homme: l'appel de Jocelyn Arnold est rejeté

Jocelyn Arnold... (Archives La Tribune)

Agrandir

Jocelyn Arnold

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jocelyn Arnold de Coaticook devra se constituer détenu au cours des prochaines heures.

Condamné à quatre ans de prison pour avoir tiré sur un autre homme en décembre 2012, Jocelyn Arnold avait été libéré de prison en attendant que la Cour d'appel du Québec statue sur son sort.

Dans une décision unanime rendue mardi les juges Jacques Chamberland, Genevière Marcotte et Jean-François Émond de la Cour d'appel du Québec ont rejeté les arguments de Jocelyn Arnold qui tentait de faire casser le verdict de culpabilité rendu contre lui.

Un mandat d'incarcération sera produit pour exiger qu'il se constitue détenu.

En décembre 2012, Jocelyn Arnold avait été reconnu coupable d'avoir déchargé intentionnellement une arme à feu sans se soucier de la vie ou de la sécurité d'autrui, un crime passible d'une peine minimale d'incarcération de quatre ans. L'individu a aussi été reconnu coupable de voies de fait graves à l'endroit de Jean-René Garon, qui avait été atteint d'une balle à l'abdomen, et d'avoir braqué une arme à feu en direction de Jean-René Garon, mais aussi de son ex-conjointe Nancy Laperle et de Steve Desrosiers.

Les événements pour lesquels il a été reconnu coupable sont survenus le 18 décembre 2010.

Après s'être croisés dans un bar de Coaticook où l'accusé était venu voir Nancy Laperle le 18 décembre 2010, Jean-René Garon et Steve Desrosiers se sont présentés avec cette dernière chez Jocelyn Arnold. Arnold avait manifesté une certaine jalousie envers son ex-conjointe et avait eu maille à partir avec les deux hommes. De retour chez Nancy Laperle, le véhicule de Steve Desrosiers avait disparu. Les deux hommes se sont présentés à l'avant de la maison d'Arnold. Jean-René Garon y a cassé une vitre de la porte de la résidence avec un bâton.

L'accusé a fait feu, atteignant Jean-René Garon à l'abdomen hypothéquant gravement sa qualité de vie. Arnold, qui avait témoigné pour sa défense, avait juré avoir fait feu en direction de la porte voulant faire fuir ce qu'il affirmait être des jeunes qui lui avaient donné la peur de sa vie.

Dans l'appel de Jocelyn Arnold, l'avocat de la défense Me Patrick Cozannet soulevait les motifs de la défense de la maison d'habitation et de la légitime défense qui ont été rejetés par les trois juges.

« La défense de sa maison et la légitime défense étaient au coeur de la défense présentée par l'appelant. De fait, il s'agissait là de la seule question véritablement en litige. Une fois ces défenses rejetées, la culpabilité de l'appelant sur tous les chefs d'accusation, sauf celui d'avoir braqué une arme à feu sur Mme Laperle et M. Desroseirs était établie, et ce, sur la base même du témoignage de l'appelant », explique le juge Chamberland dans la décision confirmée par ses deux confrères.

Les trois juges ont aussi rejeté le motif d'appel de l'analyse des témoignages contradictoires.

C'est Me Andy Drouin et Me Daniel Royer qui représentaient le ministère public en appel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer