Alertes à la bombe: le Cégep a reçu un courriel de menaces

Des écoles de l'Estrie sont visées par les alertes à la bombe qui secouent... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Des écoles de l'Estrie sont visées par les alertes à la bombe qui secouent plusieurs villes du Québec.

L'école primaire Sainte-Marguerite à Magog a été évacuée... (La Tribune, Jean-François Gagnon) - image 1.0

Agrandir

L'école primaire Sainte-Marguerite à Magog a été évacuée de manière préventive.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Des écoles de Sherbrooke sont visées par les alertes à la bombe qui secouent plusieurs villes du Québec. Le Cégep de Sherbrooke confirme avoir reçu un courriel de menaces dans la nuit de lundi à mardi.

«Après rencontre avec le Service de police de Sherbrooke, nous avons décidé de ne pas évacuer l'établissement. Nous avons cependant établi des mesures de sécurité supplémentaires. Nous avons accentué la surveillance dans les lieux névralgiques. Nous avons des gardiens de sécurité dans tous les pavillons», assure la directrice des services des communications et des affaires corporatives au Cégep de Sherbrooke, Marie-Claude Dupoy.

Martin Carrier... (Archives La Tribune, Frédéric Côté) - image 2.0

Agrandir

Martin Carrier

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Magog

Les écoles primaires Sainte-Marguerite et des Deux-Soliels à Magog ont été évacuées de manière préventive dans la foulée des alertes à la bombe qui secouent le Québec.

La Commission scolaire des Sommets confirme les menaces et a procédé aux évacuations en collaboration avec la Sûreté du Québec et la Régie de police Memphrémagog.

«La CSS tient à rassurer les parents : ces évacuations sont la procédure à suivre lorsqu'un établissement reçoit une telle menace. Dans chaque cas, le service de police est impliqué et prend en charge la situation. Ils fouillent l'école, et ensuite autorisent la réintégration de l'école une fois toute menace écartée » indique la CSS par voix de communiqué.

Aucun colis

Le SPS est mobilisé dans cette affaire.

«Il n'y a pas de suspects qui ont été identifiés. Aucun colis n'a été trouvé non plus. Pour Sherbrooke, il n'y a pas d'évacuation», indique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Les écoles de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n'ont pas reçu de menace.

«Le Service de police de Sherbrooke ne nous recommande pas d'évacuer les écoles. Nous restons en contact avec les corps policiers. Nous sommes en mode vigie et suivons la situation de très près», explique la CSRS par voix de communiqué.

Une enquête a été ouverte à la suite de menaces faites dans un courriel suspect en lien avec de possibles alertes à la bombe. Cette alerte vise particulièrement les écoles.

«Le dossier est provincial et le SPS travaille en collaboration avec la Sûreté du Québec. Les vérifications d'usage sont faites», mentionne le porte-parole du SPS.

Ailleurs au Québec

Une multitude d'écoles de divers niveaux d'enseignement du Québec ont été évacuées dans plusieurs régions en raison de la transmission de ces messages de menaces.

Les ordres d'évacuation ont touché des établissements collégiaux dans plusieurs villes, notamment à Trois-Rivières et Drummondville.

La Sûreté du Québec (SQ) confirme que des enquêtes sont en cours.

- Avec la Presse Canadienne

Plus de détails à venir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer