Vague de fraudes grands-parents à Sherbrooke et Magog

Les personnes sollicitées devaient envoyer entre 4000$ et... (Archives La Tribune)

Agrandir

Les personnes sollicitées devaient envoyer entre 4000$ et 7000 $ par l'entremise d'une compagnie ou d'une personne passant directement à la maison prendre l'argent.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Sherbrooke et Magog se retrouvent au coeur d'une vague de fraudes de type «grands-parents».

Jeudi, la Régie de police Memphrémagog (RPM) a reçu des plaintes concernant des fraudes visant à arnaquer des personnes âgées.

«Nous avons eu quatre cas aujourd'hui à Magog où des grands-parents ont été appelés afin de transférer de l'argent pour leur petit-fils qui venait d'avoir un accident à Montréal ou était détenu en prison. Le demandeur se faisait passer pour un petit-fils ou un avocat qui prétendait représenter le petit-fils qui avait des problèmes. Nous tenons à aviser une fois de plus la population et en particulier les aînés que des fraudes grands-parents sont recommencées en région», signale Sylvain Guay, lieutenant à la RPM.

Les personnes sollicitées devaient envoyer entre 4000$ et 7000 $ par l'entremise d'une compagnie ou d'une personne passant directement à la maison prendre l'argent afin d'aider leur petit-fils, ajoute M. Guay. Personne n'est tombé dans le panneau à Magog.

Dans la foulée des cas de fraude de type «grands-parents» révélée la fin de semaine dernière, le Service de police de Sherbrooke diffuse les signalements d'autres cas survenus au cours des dernières semaines.

«Nous sommes rendus à au moins une dizaine de plaintes au cours des dernières semaines», explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Le montant des fraudes dépasse les 70 000 $.

Le SPS a diffusé jeudi le signalement d'un individu âgé entre 25 et 35 ans  qui mesure environ 1,67 mètre et qui a les cheveux foncés.

Cet individu s'est présenté le 21 octobre dernier à la résidence de deux personnes âgées pour récupérer l'argent qu'elles avaient sorti à son attention afin d'aider leur soi-disant petit-fils.

Les victimes avaient reçu un appel mentionnant que leur petit-fils était détenu et qu'il avait besoin d'argent pour quitter la prison. Un ami de Saint-Élie devait passer au cours de la journée pour récupérer l'argent pour sa caution.

Le même suspect s'est présenté à la même adresse en avant-midi et en après-midi pour récupérer frauduleusement des sommes auprès de deux personnes âgées.

«La façon de procéder est sensiblement toujours la même. Le suspect prétend être un ami, un avocat ou un policier qui demande de l'argent afin que le petit-fils de la victime puisse être libéré de prison», mentionne le porte-parole du SPS.

Des stratagèmes frauduleux semblables ont été tentés les 15, 21 ainsi que les 23 et 24 octobre à Sherbrooke.

«Nous demandons de faire très attention. Il faut faire des vérifications avant de faire parvenir de l'argent», prévient Martin Carrier.

Lors des événements du 21 octobre, le suspect portait un chandail de style kangourou noir, un pantalon noir et des lunettes de soleil. En avant-midi, il avait une casquette noire et rouge et en après-midi une casquette noire avec un logo blanc.

Lors de l'événement du 15 octobre, c'est un individu qui prétendant être le petit-fils de la victime qui l'a contacté.

«Le suspect prétendait s'être fait arrêter par la police à Montréal et mentionnait devoir fournir une caution de 5 000$ pour pouvoir être libéré. Un autre interlocuteur a pris la ligne et s'est fait passer pour un policier. Il précise à la plaignante que le paiement devait être fait en argent comptant. » raconte le porte-parole du SPS.

La plaignante a pris entente avec le petit-fils allégué pour qu'un ami de celui-ci passe chez elle chercher l'argent. Une somme de 5000 $ a été remise à un individu de race blanche qui mesure environ cinq pieds, sept pouces et pèse environ 150 livres.

Le suspect a les cheveux bruns, le visage creux et avait une barbe de quelques jours. Il portait un chandail à capuchon de couleur gris, des lunettes de soleil et un chandail noir.

Toute information concernant ces événements peut être communiquée à la division des enquêtes du SPS au 819-821-5544.

- Avec Claude Plante

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer