Vingt accusations contre un présumé agresseur sexuel

Le Cyrillois Sylvain Daneault a comparu au palais... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le Cyrillois Sylvain Daneault a comparu au palais de justice de Drummondville, au cours de la journée de mercredi.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Le Cyrillois Sylvain Daneault a comparu au palais de justice de Drummondville, au cours de la journée de mercredi, afin de faire face à un impressionnant total de 20 chefs d'accusation à caractère sexuel pour des actes qu'il aurait commis sur trois présumées victimes âgées de moins de 16 ans

Les faits qui lui sont reprochés auraient été perpétrés entre le 1er août 2001 et le 1er septembre 2013 à Drummondville, Saint-Félix-de-Kingsey et Saint-Cyrille-de-Wendover au Centre-du-Québec, ainsi qu'à East Angus en Estrie.

L'homme de 50 ans aurait commis des sévices sur ses trois présumées victimes à trois époques différentes. Il aurait procédé à des attouchements sexuels et incité une première victime à le toucher à East Angus en 2001, puis s'en serait pris à un deuxième enfant à Drummondville, entre 2005 et 2010, l'agressant sexuellement. La troisième présumée victime a porté plainte pour des actions indécentes, de l'exhibitionnisme et une incitation à des contacts sexuels pour des gestes posés plus récemment, entre 2012 et 2013, cette fois à Saint-Cyrille-de-Wendover et Saint-Félix-de-Kingsey.

Vu l'importance des chefs d'accusation déposés, la Couronne s'est opposée à la remise en liberté de Daneault. Ce dernier sera de retour devant le tribunal lundi, pour son enquête sur remise en liberté.

Thetford Mines : Mario Godbout plaide coupable

Coup de théâtre au palais de justice de Thetford Mines mercredi soir. Accusé du meurtre au premier degré de sa conjointe Josée Lauzon, Mario Godbout a plaidé coupable à une accusation réduite de meurtre au second degré, mettant ainsi un terme à son procès devant juge et jury en cours depuis maintenant près de deux semaines.

Les avocats au dossier devaient commencer leurs plaidoiries jeudi matin. Les représentations sur sentence sont prévues pour le 11 novembre prochain.

Les événements remontent au mois d'octobre 2011. Godbout, alors âgé de 50 ans, avait été mis sous arrestation le 23 octobre après avoir rapporté lui-même le décès de sa conjointe, Josée Lauzon, âgée de 52 ans. Le crime avait été commis deux jours plus tôt. Le corps de la dame était retrouvé sans vie dans l'appartement du couple situé sur la 8e Rue À Thetford Mines.

La commission d'un meurtre au second degré est passible d'une sentence automatique de prison à perpétuité avec une possibilité de libération conditionnelle après 10 à 25 ans, selon ce que le juge ou les parties auront décidé. Nelson Fecteau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer