Poulin-Beaunoyer patientera en prison

Dave Poulin-Beaunoyer, qui est accusé d'homicide involontaire coupable d'un... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Dave Poulin-Beaunoyer, qui est accusé d'homicide involontaire coupable d'un enfant de 20 mois à Sherbrooke, passera encore quelques jours derrière les barreaux avant d'être fixé sur son sort.

Dave Poulin-Beaunoyer... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Dave Poulin-Beaunoyer

Archives, La Tribune

L'individu de 27 ans subissait jeudi son enquête sur remise en liberté au palais de justice de Sherbrooke.

Dave Poulin-Beaunoyer a été arrêté le 6 octobre en lien avec le décès d'un bambin de 20 mois le 26 septembre dernier.

Après avoir entendu l'enquêteur des crimes majeurs de la Sûreté du Québec, appelé à la barre par la Couronne, puis l'accusé et son beau-père Daniel Bélisle, assignés par la défense, la juge Claire Desgens de la Cour du Québec a pris la requête de remise en liberté en délibéré.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a remis à la juge Desgens des photos, des rapports d'enquête et des déclarations de témoins rencontrés à la suite du décès du jeune Mathieu Matteau.

L'avocat de la défense Me Benoit Gagnon de l'aide juridique a offert des garanties au tribunal que son client respectera ses conditions s'il est remis en liberté pour la durée des procédures judiciaires.

Tous ces éléments concernant les circonstances entourant le décès de l'enfant, dont le décès a été constaté à son arrivée au CHUS, sont frappés d'une ordonnance de non-publication.

Dave Poulin-Beaunoyer a écouté la preuve révélée l'enquêteur sans manifester d'émotion particulière.

Dans la salle d'audience, une vingtaine de personnes sont restées présentes toute la journée pour assister à l'enquête sur remise en liberté de l'individu de 27 ans.

Si des membres de la famille et des amis de l'accusé étaient présents au palais de justice depuis le début des procédures, des membres de la famille de l'enfant s'étaient aussi déplacés jeudi.

« La situation n'est pas facile à vivre pour personne. Tant pour la famille de Mathieu que celle de l'accusé, ce processus n'est pas plaisant à traverser. Ce n'est pas évident », soutient Serge Legendre, le grand-oncle de la jeune victime.

La juge Claire Desgens doit vérifier certains aspects du dossier à la suite des témoignages et arguments entendus avant de déterminer si elle accorde ou non la libération à Dave Poulin-Beaunoyer pour la durée des procédures judiciaires.

Elle rendra sa décision lundi 19 octobre, au palais de justice de Sherbrooke.

Michée Roy cité à son procès

Michée Roy a été cité jeudi à son procès pour l'homicide involontaire coupable de son enfant.

Son avocat Me Jean-Pierre Gagnon a annoncé au tribunal que son client renonçait à son enquête préliminaire qui devait avoir lieu le 24 novembre.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a donc cité l'individu de 35 ans à son procès pour l'homicide involontaire coupable à la suite d'un épisode où il aurait secoué à mort son bébé de 69 jours.

Cette accusation, l'une des plus graves au Code criminel, a été déposée à la suite du décès de l'enfant survenu dans la nuit 6 au 7 juin dernier 2015.

Le dossier de Michée Roy a été reporté au 10 novembre prochain.

Les discussions entre Me Jean-Pierre Gagnon et la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme se poursuivront d'ici le retour du dossier devant le tribunal.

L'enfant qui se trouvait dans un état neurovégétatif depuis les tristes événements survenus le 1er janvier dernier a succombé vraisemblablement des conséquences de ces gestes en juin dernier.

Michée Roy est détenu depuis son arrestation en janvier 2016. Habituellement soutenu par des proches ou sa conjointe, personne n'était présent jeudi au palais de justice de Sherbrooke.

L'accusé possède de nombreux antécédents judiciaires ayant été condamnés à 59 reprises depuis 1998.

La peine maximale pour un homicide involontaire est la prison à perpétuité. Étant donné qu'aucune arme à feu n'est impliquée, aucune peine minimale ne s'applique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer