Robert Pelletier démasqué sur Facebook par la mère de la victime

Robert Pelletier... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Robert Pelletier

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est par une conversation osée surprise par la mère de la victime alléguée que les corps policiers ont été mis sur la trace du psychologue scolaire Robert Pelletier de Sherbrooke.

La Tribune a obtenu les motifs au soutien du mandat de perquisition qui ont permis de procéder à l'arrestation du psychologue scolaire de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) et de fouiller son domicile.

L'homme de 50 ans a été remis en liberté mardi dernier après avoir été accusé de leurre informatique d'enfant entre le 6 et le 20 juillet 2015.

Les motifs pour l'obtention du mandat autorité par la juge de paix magistrat Sylvie Desmeules font état que Pelletier savait que l'adolescent victime était mineur, homosexuel et qu'il était soutenu par sa famille.

Lors d'une conversation à caractère sexuel explicite sur Facebook, le psychologue scolaire lui aurait demandé ce qu'il aimait le plus à ce chapitre en lui avouant de son côté ses préférences.

C'est en se rendant récupérer son téléphone intelligent dans la chambre de son fils qui dormait que la mère de la victime alléguée a découvert les conversations qui servent de preuve au leurre informatique.

Dans les conversations, Pelletier prétend être âgé d'une quarantaine d'années et être un enseignant.

La mère « a constaté que les conversations étaient osées et qu'il s'agissait de leurre informatique et elle a porté plainte au service de police ».

L'adolescent a été rencontré par le Service de police de Sherbrooke. Il a expliqué que l'individu lui avait demandé d'être son ami Facebook et qu'il avait accepté l'invitation parce qu'ils avaient plusieurs amis en commun.

Toutes les conversations entre l'adolescent et Pelletier ont été colligées lors de l'enquête.

Les enquêteurs en cybercriminalité de la division technologique de la Sûreté du Québec ont travaillé à localiser le suspect sur Facebook et à relier les adresses IP à Robert Pelletier.

La CSRS a reçu une demande le 4 septembre dernier pour identifier l'utilisateur de l'adresse IP correspondant à Robert Pelletier.

L'enquêteur du SPS, qui a travaillé au dossier, affirme dans l'affidavit que la photographie du profil Facebook de Robert Pelletier correspond à celle envoyée à la victime alléguée lors des diverses conversations.

Robert Pelletier a été suspendu de ses fonctions comme psychologue aux écoles primaires Larocque, des Quatre-Vents et l'Écollectif de Sherbrooke à la suite de son arrestation pour leurre informatique d'enfant.

La perquisition visait à obtenir tous les ordinateurs, périphériques, traces de l'application Facebook ou traces de conversations entre Robert Pelletier et la victime alléguée.

Robert Pelletier doit revenir devant le tribunal le 23 novembre prochain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer