Feu à la Commission de liqueurs et La Suite: «Nous allons travailler 24 heures par jour»

S'il n'en tient qu'à la volonté de Francis Delage, la Commission de liqueurs et... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) S'il n'en tient qu'à la volonté de Francis Delage, la Commission de liqueurs et le restaurant La Suite de Sherbrooke rouvriront leurs portes dès jeudi prochain à la suite de l'incendie qui a causé pour environ 300 000 $ de dommages.

Francis Delage... (Imacom, Jocelyn Riendeau) - image 1.0

Agrandir

Francis Delage

Imacom, Jocelyn Riendeau

Le copropriétaire des établissements Francis Delage soutient qu'une fois le choc de l'incendie passé, plusieurs équipes se sont mises à l'oeuvre pour effectuer le nettoyage et les réparations nécessaires à la remise en service des établissements de la rue Webster.

«Nous allons travailler 24 heures par jour s'il le faut. Nous allons faire tout ce qui est humainement possible pour rouvrir le plus rapidement possible. Nous sommes quatre copropriétaires dans cet établissement et nous sommes tous ensemble de vite se relever de ce sinistre», assure Francis Delage qui est impliqué en affaires dans cette bâtisse avec son père Ghislain Delage, David Quirion et Jean-Pierre Desrosiers.

Les 70 employés sont passés à l'établissement pour s'informer de la suite des choses.

Déjà hier, entrepreneur et électricien étaient sur place pour faire les réparations aux deux établissements.

«Nous espérons rebrancher rapidement le gaz et l'eau. Aussitôt que l'eau sera branchée, nous allons pouvoir nettoyer. Nous allons tout faire pour être prêts pour jeudi. Nous avons jeté toute la nourriture et il faut rééquiper le restaurant en neuf. Nous allons être prêts. Nous recevons un bel appui de tous», constate Francis Delage.

«Nous sommes passés à un doigt de la catastrophe.»


Ce dernier tient à souligner le travail efficace du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke.

«Nous sommes passés à un doigt de la catastrophe. Les pompiers ont sauvé non seulement la bâtisse, mais mon emploi et le gagne-pain de tous nos employés. L'ossature de bois de notre vieille bâtisse a résisté. Un enduit avait été posé sur les poutres en cas d'incendie ce qui a contribué à réduire les dégâts. Les pompiers ont fait un travail incroyable. C'était une question de minutes. Leur rapidité d'action et leur courage ont permis de limiter les dégâts», soutient Francis Delage.

Ce dernier est marqué par la solidarité sherbrookoise à la suite de ce sinistre.

«Plusieurs personnes m'ont appelé pour m'offrir leur aide. Mes fournisseurs se sont informés de ce qu'ils pouvaient faire pour nous. Les entrepreneurs ont fait de la place dans leur horaire pour réaliser les travaux rapidement. Je sens que nous faisons partie de cette communauté et que cette communauté tient à nous», souligne M. Delage.

C'est une défectuosité dans une pièce réservée aux employés qui est à l'origine du sinistre.

«C'est complètement accidentel. Il n'y a rien de criminel», assure Francis Delage.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer