Magog: une limite de vitesse trop élevée sur Principale Ouest?

Les automobiles roulent-elles trop vite sur la rue Principale Ouest entre le... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Les automobiles roulent-elles trop vite sur la rue Principale Ouest entre le chemin Roy et la sortie 115 de l'autoroute 10? Le conseiller municipal Robert Ranger souhaite vivement que la limite de vitesse soit abaissée sur ce tronçon de route, mais il est loin d'être acquis qu'un changement surviendra à court terme.

Actuellement, la limite de vitesse sur cette portion de la rue Principale Ouest se situe à 90 km à l'heure. M. Ranger estime que cette limite est trop élevée et risque d'avoir des conséquences fâcheuses un jour. Il aimerait que la vitesse permise passe à 50 km/h seulement.

«Les gens vont beaucoup trop vite entre le carrefour giratoire et le centre-ville, affirme M. Ranger, qui représente le district Canton Ouest. C'est une des entrées importantes de la ville, donc il y a pas mal de circulation. En plus, plusieurs petits chemins sont rattachés à la rue Principale dans ce secteur et une série de commerces bordent ce tronçon de route.»

Le conseiller municipal rapporte que deux accidents sont tout récemment survenus à l'angle du chemin des Pères et de la rue Principale Ouest. Il a le sentiment que ces deux accidents tendent à démontrer l'urgence de la situation.

Robert Ranger soutient également que l'arrivée récente du Carrefour santé globale dans ce secteur a aggravé la situation. «L'implantation du Carrefour est à prendre en considération, c'est clair», reconnaît-il.

Le conseiller municipal rapporte par ailleurs que certains clients du restaurant Café noir courent aussi des risques. «Les gens doivent parfois traverser la Principale pour aller du stationnement au restaurant. Ce n'est pas sécuritaire quand il s'agit de personnes âgées.»

Décidé à obtenir gain de cause dans ce dossier, M. Ranger a l'intention de mobiliser les propriétaires des commerces bordant le tronçon de route. «Je vais faire ce qu'il faut pour avoir leur appui», dit-il.

Le Ministère à l'écoute

Porte-parole du ministère des Transports du Québec Nadège Tessier révèle que la Ville de Magog a demandé que le dossier soit étudié par Québec. «Le Ministère a été informé verbalement de la problématique. Nous avons une rencontre avec cette municipalité tous les ans, habituellement à l'automne, et ce pourrait être une occasion de revenir sur le sujet», note-t-elle.

Cela dit, pour que le ministère approfondisse véritablement le dossier, il serait préférable que le conseil municipal de Magog adopte une résolution demandant clairement une diminution de la vitesse. Cette étape n'a pas encore été franchie.

Différents éléments sont pris en considération par le ministère des Transports lorsqu'il s'agit de réviser une limite de vitesse. Les accidents survenus dans le passé, le flot de véhicules, la géométrie de la route ainsi que l'environnement routier figurent parmi les éléments analysés.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer