Un psychologue de la CSRS accusé de leurre informatique d'enfants

Robert Pelletier... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Robert Pelletier

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Robert Pelletier, 50 ans, psychologue aux écoles primaires Larocque, des Quatre-Vents et l'Écollectif de Sherbrooke a été arrêté tôt mardi matin par le Service de police de Sherbrooke pour leurre informatique d'enfant.

Après l'enseignant d'éducation physique Simon Fortier, voilà que c'est un psychologue de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) qui est accusé de gestes criminels sur Internet.

Pelletier a comparu mardi après-midi au palais de justice de Sherbrooke devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec pour être accusé de leurre informatique d'enfant.

La procureure aux poursuites criminelles Me Joanny Saint-Pierre a consenti à ce que Robert Pelletier soit remis en liberté après avoir déposé 500 $ aux greffes du palais de justice. De sévères conditions lui ont été imposées dont celles de ne pas se trouver seul en présence de mineurs, de ne pas se trouver près des écoles, des parcs ou tout autre endroit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans et de ne pas accéder à Internet. Une interdiction de ne pas garder d'emploi qui le placerait en relation de confiance vis-à-vis des personnes de moins de 16 ans lui a aussi été imposée.

L'individu, qui ne possède aucun antécédent judiciaire, a passé une partie de la journée en interrogatoire au quartier général du Service de police de Sherbrooke.

Une perquisition a été réalisée à son domicile par le SPS ainsi que par la Sûreté du Québec.

«D'autres accusations pourraient être portées à la suite de l'analyse du matériel informatique», mentionne le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

L'avocat de la défense Me Jean-Guillaume Blanchette a remis le dossier au 23 novembre prochain.

Le directeur général de la CSRS André Lamarche est «surpris et préoccupé» que de telles accusations soient portées contre un membre du personnel. Robert Pelletier est psychologue aux écoles primaires du quartier Centre-Sud depuis 18 ans.

«Nous possédons peu d'informations sur ce qui aurait pu se passer. Ce que j'en comprends, c'est que les gestes pour lesquels il est accusé se seraient déroulés en dehors des heures de travail. Les victimes alléguées ne sont pas des élèves des écoles où il travaillait. Nous attendons d'en savoir davantage. Le personnel des écoles où il travaillait est bouleversé», explique André Lamarche.

Des mesures de soutien seront mises en place pour aider le personnel et les élèves concernés.

Le directeur de la CSRS tient à rassurer les parents. Robert Pelletier a été suspendu de ses fonctions.

«Vous pouvez être certain qu'il ne sera pas de retour dans une école après sa libération. Nous allons analyser les conditions qui lui seront imposées. Nous sommes en attente. Je peux vous assurer que les antécédents judiciaires de tous les membres du personnel sont vérifiés. Il n'y avait rien à signaler au dossier de cet employé», assure M. Lamarche.

55 jeunes filles mineures

Cette histoire n'est pas sans rappeler celle de Simon Fortier. Le 30 octobre 2014, les policiers étaient débarqués chez cet enseignant de la CSRS.

Fortier a plaidé coupable deux semaines plus tard à 12 chefs d'accusation de leurre d'enfants de moins de 16 ans, de distribution de pornographie juvénile et d'incitation à des contacts sexuels sur six victimes mineures.

Le prédateur sexuel a par la suite été accusé de 204 autres chefs concernant sensiblement la même façon de procéder pour attirer 55 jeunes filles mineures dans ses griffes.

Simon Fortier a personnifié sur Facebook une jeune femme qui était en lien avec une agence de mannequins pour attirer les jeunes victimes adolescentes entre mai 2014 et jusqu'à son arrestation en octobre 2014.

À partir de son ordinateur à Sherbrooke, il cherchait à attirer des adolescentes non seulement de sa ville, mais aussi de Lévis, Trois-Rivières, Québec, Mont-Joli, Chicoutimi, Saint-Malachie en Beauce, Saint-Félix-de-Valois près de Joliette, Pointe-aux-Trembles et Edmundston au Nouveau-Brunswick.

Simon Fortier a démissionné de ses fonctions à la CSRS au moment où le conseil des commissaires s'apprêtait à statuer sur son cas.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer