Vaporium accusé d'importation illégale

L'entreprise Vaporium, qui se spécialise dans la distribution de cigarettes... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'entreprise Vaporium, qui se spécialise dans la distribution de cigarettes électroniques et la fabrication de liquides aromatisés nécessaires à leur utilisation, de même que son président et son vice-président ont été formellement accusés jeudi en Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Vaporium et son président Sylvain Langlois font face à quatre accusations pénales en vertu de la Loi sur les douanes. Entre le 21 novembre 2013 et le 8 mai 2014, des indications fausses ou trompeuses auraient été fournies lors de l'importation de nicotine liquide au Canada.

Langlois aurait aussi fait des déclarations trompeuses et tenté d'introduire illégalement de la nicotine liquide au Canada par le poste frontalier de Stanstead. La même accusation d'avoir introduit ou tenté d'introduire illégalement des marchandises passibles de droits ou dont l'importation est prohibée a été portée pour des événements qui se seraient déroulés au poste frontalier d'East Hereford.

Christian Langlois, le vice-président de l'entreprise dont la boutique est située aux Galeries 4-Saisons, est accusé de deux chefs en semblable matière. Pour sa part, les gestes reprochés seraient survenus le 6 janvier 2015 au poste frontalier de Stanstead.

C'est le procureur aux poursuites criminelles et pénales fédéral Me Alexandre Tardif qui a porté les accusations dans cette affaire. C'est Me Jean-Pierre Rancourt qui défend les accusés. Les cigarettes électroniques, y compris la nicotine liquide, sont visées par la Loi sur les aliments et drogues et de ce fait, doivent être homologuées par Santé Canada avant d'être importées, annoncées ou vendues au Canada. À ce jour, Santé Canada n'a autorisé la vente d'aucun de ces produits. Par conséquent, leur importation au pays, tout comme l'annonce ou la vente, est illégale. Toujours selon Santé Canada, une compagnie qui veut faire le commerce de ce produit devra nécessairement fournir des preuves de sécurité, de qualité et d'efficacité afin que son produit soit approuvé.

Fondée en 2009, Vaporium a été la première entreprise québécoise à vendre des cigarettes électroniques. Son siège social est situé sur la rue Roy et, depuis août 2012, une boutique a ouvert ses portes aux Galeries Quatre Saisons. Le dossier a été reporté au 3 décembre prochain à la suite de la comparution devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer