Geneviève Lemay devra encore passer 15 mois derrière les barreaux

Coupable de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort de son fils... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Coupable de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort de son fils de dix ans et causant des lésions aux occupants du véhicule qui venait en sens inverse en janvier 2013 à Princeville, Geneviève Lemay devra encore passer 15 mois derrière les barreaux.

Le juge Bruno Langelier de la Cour du Québec a condamné, hier au palais de justice de Victoriaville, la femme de 37 ans à 20 mois de prison fermes. De cette peine, le juge a retranché huit mois de détention provisoires.

Geneviève Lemay s'est aussi vu imposer trois mois supplémentaires pour une récidive en matière de conduite avec les capacités affaiblies.

Cette dernière est à l'origine d'une collision frontale qui a coûté la vie à son fils sur la route 116 entre Princeville et Victoriaville le 19 janvier 2013.

Le conducteur du véhicule utilitaire sport qui arrivait en sens inverse a été blessé lors de la collision. Il se trouve toujours en arrêt de travail depuis les événements. Son jeune enfant qui prenait place à bord du véhicule a aussi été blessé lors de cette collision mortelle. L'enfant a eu la mâchoire cassée, mais les séquelles à long terme sont difficiles à prévoir.

 Lors de la collision mortelle, le taux d'alcoolémie de Geneviève Lemay a été établi à 93 mg par 100 ml de sang, soit tout juste au-dessus de la limite de 80 mg par 100 ml de sang. Geneviève Lemay avait perdu la maîtrise de son véhicule sur une chaussée enneigée avant de se retrouver dans la voie inverse et provoquer la collision qui a coûté la vie à son fils de dix ans.

Lors de l'imposition de la peine, le juge a longuement élaboré sur la situation personnelle de l'accusée. Il a cependant insisté sur le caractère dissuasif que devait avoir une peine en matière de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort.

« Ma cliente savait qu'elle pourrait demeurer derrière les barreaux, alors elle accepte sa peine. Elle compte poursuivre son cheminement avec les programmes qui lui sont offerts au centre de détention », explique l'avocat de la défense Me Guy Boisvert. 

En attente de sa peine, Geneviève Lemay n'a pas aidé sa cause dans cette affaire.

Elle a été interceptée en avril dernier, alors que ses capacités étaient affaiblies par l'alcool. Avec un taux de 194 mg par 100 ml de sang, elle dépassait alors de deux fois à la limite permise par la loi.

Détenue depuis cette récidive, Geneviève Lemay a vu le juge lui créditer ce temps de détention déjà purgé à la peine qui lui a été imposée. Une probation lui a été imposée de même qu'une interdiction de conduite pour les quatre prochaines années.

C'est Me Antony Cotnoir qui représentait le ministère public dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer