Le Hells Angels Vincent Boulanger plaide coupable

Vincent Boulanger lors de son arerstation en juin... (Archives La Tribune, Imacom René Marquis)

Agrandir

Vincent Boulanger lors de son arerstation en juin 2013.

Archives La Tribune, Imacom René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le membre en règle des Hells Angels de Sherbrooke Vincent Boulanger a réglé ses comptes avec la justice lundi à Sherbrooke en reconnaissant son implication dans le trafic de cocaïne.

Le membre en règle des Hells Angels de... (Archives La Tribune, Imacom René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Archives La Tribune, Imacom René Marquis

Deux autres individus placés en haut dans la hiérarchie criminelle démantelée dans le cadre du projet «kayak», Serge Pinard et Guy Boucher ont aussi plaidé coupables au palais de justice de Sherbrooke.

Les trois accusés devraient être libérés d'ici Noël après avoir purgé en détention provisoire la peine qui devrait leur être imposée au cours de l'automne.

Libéré des accusations dans SharQc en raison d'un arrêt des procédures dans ses dossiers, Boulanger avait été rattrapé par la Sûreté du Québec lors de l'opération kayak de juin 2013.

Sans antécédent judiciaire, Boulanger devrait être libéré après avoir purgé l'équivalent de 45 mois de prison.

Boulanger a reconnu sa culpabilité à un complot pour trafic de cocaïne, méthamphétamine et cannabis entre le 1er septembre 2012 et le 12 juin 2013.

Le membre en règle du chapitre de Sherbrooke servait de lien entre le trafiquant Serge Pinard et les frères Sylvain et François Vachon, deux Hells Angels de Sherbrooke qui subissent présentement leur procès pour meurtre dans le cadre du procès SharQc à Montréal.

Boulanger remettait aux frères Vachon leur quote-part de la drogue vendue sur leur territoire en leur absence. Un montant de 5000 $ était acheminé par Pinard aux frères Vachon, incarcérés depuis avril 2009, pour chaque kilo de cocaïne vendu. De ce montant, Vincent Boulanger gardait sa commission de 1000 $.

Le 11 décembre prochain, la juge Julie Beauchesne de la Cour du Québec devrait entendre la suggestion commune de l'avocat de la défense Me Christian Gauthier et des procureurs aux poursuites criminelles Me Stéphanie Landry et Me Karine Guay du bureau de lutte au crime organisé (BLACO) que le temps purgé serve de peine.

Un montant d'environ 3500 $ saisis lors des perquisitions de même que des bijoux et les vêtements à l'effigie des Hells Angels ont été confisqués.

«La preuve dans un dossier a évolué au fil du temps en fonction des échanges avec l'avocat de la défense. C'est à la suite de ces négociations que nous en sommes venus à un règlement du dossier» , mentionne la procureure aux poursuites criminelles du BLACO, Me Stéphanie Landry.

Pinard et Boucher plaident coupable

Serge Pinard et Guy Boucher devraient être condamnés à une peine équivalente, soit que la détention provisoire comptée à temps et demi serve de peine. Les observations sur la peine dans leurs dossiers sont prévues le 18 décembre prochain.

Défendu par Me Jocelyn Grenon, Pinard a reconnu le trafic de deux kilos de cocaïne les 8 septembre et 15 novembre 2012 à un agent civil d'infiltration (ACI). Pinard a fait l'objet de filature, de surveillance et les transactions ont été captées sur vidéo.

Boucher, défendu par Me Édith Lafontaine, a reconnu le complot pour le trafic de 8900 pilules de méthamphétamine et la production de cannabis à Weedon.

En plus de leur peine de détention, les deux individus devront verser un montant d'environ 5000 $ en don dans le cadre d'une probation.

Les dossiers des quatre autres accusés dans «kayak» se poursuivront le 7 octobre prochain, alors que les requêtes préliminaires au procès seront fixées.

L'opération Kayak s'est déroulée le 12 juin 2013 à plusieurs lieux de perquisition en Estrie, dont Sherbrooke, Saint-Denis-de-Brompton, Windsor, Dudswell, Stukely-Sud, Sainte-Christine et dans le Canton de Cleveland.

Plus de 235 policiers de la Sûreté du Québec, du Service de police de Sherbrooke, de la Régie de police de Memphrémagog, de la Gendarmerie royale du Canada ainsi que des corps de police de Granby et Bromont avaient participé à cette frappe policière.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer