Une absolution conditionnelle pour avoir frappé un chauffeur de taxi

Un homme de 21 ans a obtenu une... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Un homme de 21 ans a obtenu une absolution conditionnelle après avoir reconnu une agression sur un chauffeur de taxi

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un jeune homme de 21 ans a obtenu une chance du tribunal après avoir reconnu une agression sur un chauffeur de taxi survenue en juillet 2014.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec a accordé hier une absolution conditionnelle à l'individu qui avait volé sa course en taxi avant de s'en prendre physiquement au chauffeur.

L'étudiant de 21 ans a plaidé coupable à l'obtention frauduleuse de la course en taxi ainsi qu'à une accusation de voies de fait causant des lésions.

Le jeune homme devra verser un dédommagement de 500 $ au chauffeur de taxi et faire 100 heures de bénévolat au profit de la collectivité.

L'accusé faisait partie d'un groupe de trois cégépiens qui ont bien mal fini leur soirée bien arrosée.

Le chauffeur de taxi avait subi une commotion cérébrale lors des événements qui remontent à juillet 2014.

Un premier individu s'était sauvé, la jeune femme du groupe avait été rattrapée par le chauffeur alors que le troisième suspect avait rué de coups celui-ci.

C'est ce dernier qui a réglé hier ses comptes avec la justice.

Les deux autres individus de 20 ans avaient obtenu une absolution inconditionnelle de la part du tribunal.

Le chauffeur de Taxis Sherbrooke avait embarqué ses clients au centre-ville et les amenait à la place François-Baillargé, dans l'ouest de Sherbrooke, dans un quartier résidentiel près de l'intersection du boulevard de l'Université et de l'autoroute 410 le 27 juillet 2014.

Pendant la course, les trois cégépiens se sont échangés des messages texte afin de ne pas payer le chauffeur rendu à destination. Ils ont pris la fuite à la course, mais la jeune femme a été rattrapée par le chauffeur.

La procureure aux poursuites criminelles dans ce dossier était Me Émilie Baril-Côté, alors que Me Jessyca Duval défendait l'accusé dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer