Sauvetage d'élèves sur la rivière Magog lors de l'orage

Lorsque l'orage violent a frappé Sherbrooke et que les vagues et le vent se... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Lorsque l'orage violent a frappé Sherbrooke et que les vagues et le vent se sont levés sur la rivière Magog, mercredi après-midi, près de 85 élèves du secondaire s'y trouvaient à bord de canots et kayaks.

Lorsque l'orage violent a frappé Sherbrooke et que... (Imacom, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Trois groupes du Séminaire Salésien et un groupe du Collège du Mont Notre-Dame ont été rapatriés sur la terre ferme au parc Blanchard non sans une poussée d'adrénaline pour certains ou une certaine frousse pour d'autres.

«Nous étions sur la rivière quand l'orage s'est levé et qu'il s'est mis à pleuvoir. Nous avons choisi d'accoster sur la piste cyclable et t'attendre que ça se calme», explique l'un des élèves Zack Paré qui affirme ne pas avoir eu peur lorsque dame Nature s'est déchaînée vers 14 h 45.

À l'arrivée du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke qui répondait à l'appel de sauvetage nautique, il manquait encore 33 élèves. Cependant, le décompte officiel a rapidement confirmé que tous étaient sains et saufs.

«Nous sommes allés chercher les élèves sur les berges en face de la maison de l'eau. Ils ont été rapatriés avec nos embarcations de sauvetage nautique. Nous sommes aussi allés chercher les embarcations qui avaient été laissées sur la rivière», explique le chef aux opérations du SPIS, Lee Hansford.

Les responsables de chacun des groupes ont fait le décompte de leurs élèves afin de s'assurer qu'il ne manquait personne.

«Certains élèves n'ont pas réussi à revenir à temps. Les élèves qui se trouvaient vers le bas de la rivière ont eu plus de difficulté. Chaque groupe était encadré d'un accompagnateur à l'avant et à l'arrière. Certains se sont réfugiés sur les berges en attendant que la tempête passe», mentionne l'enseignant Steve Dubuc du Séminiare Salésien qui affirme ne pas avoir senti de panique chez ses élèves lors de cette aventure en canot hors du commun.

Les dix-huit élèves du Collège du Mont Notre-Dame se trouvaient à proximité des quais lorsque la tempête a frappé.

«Quelques filles ont chaviré, mais elles ont regagné rapidement la rive. Une fois que tout le monde a été regroupé, nous avons donné un coup de main au Salésien qui était plus nombreux que nous. C'est certain que j'ai dû rassurer quelques élèves, mais la situation est demeurée sous contrôle», explique Éric Valériote du Collège du Mont Notre-Dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer