Condamné à rembourser 12 000 $ à ses employeurs floués

Un individu de 35 ans devra rembourser plus de 12 000 $ au cours des trois... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un individu de 35 ans devra rembourser plus de 12 000 $ au cours des trois prochaines années à deux anciens employeurs qu'il a floués. Simon Belzil a été condamné à une sentence suspendue assortie d'une probation de trois ans par le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Belzil, qui avait reconnu les fraudes à l'égard de la ferme MacKinnon et la compagnie de transport RH Ridiker de Stanstead, devra maintenant leur rembourser les sommes qu'il s'était appropriées en 2012. L'homme sans antécédent judiciaire a présenté au tribunal des remords. Il se trouvait en « désorganisation situationnelle et en problème de consommation » lors des événements. Le juge Chapdelaine a favorisé la réinsertion sociale et la réparation des torts causés.

Simon Belzil s'est retrouvé un emploi, a cessé sa consommation des stupéfiants et doit soutenir financièrement ses enfants par le paiement d'une pension alimentaire.

« Ce n'est pas un chèque en blanc que le tribunal vous donne. Si vous réparez vos torts, nous allons considérer qu'il s'agit d'une erreur de parcours. On vous demande de rembourser en trois ans les torts causés et nous pourrons alors effacer ce qui s'est passé », explique le juge Chapdelaine.

C'est Me Maxime Bernatchez qui défendait l'accusé, alors que Me Nathalie Robidoux représentait le ministère public dans cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer