Geneviève Lemay devra aller en prison pour la mort de son fils

Geneviève Lemay devra aller derrière les barreaux pour avoir provoqué la mort... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Geneviève Lemay devra aller derrière les barreaux pour avoir provoqué la mort de son fils de 10 ans, alors qu'elle conduisait son véhicule avec quelques verres dans le nez. Tant la Couronne que la défense proposent une peine d'emprisonnement en lien avec l'accident mortel qui a eu lieu le 19 janvier 2013, sur la route 116 entre Victoriaville et Princeville.

Le procureur de la Couronne Me Anthony Cotnoir suggère, jurisprudence à l'appui, que la femme de 37 ans de Saint-Léonard-d'Aston devrait passer les trois prochaines années en prison pour son crime et se voir interdire de conduite pendant au moins cinq ans à la suite de sa libération.

Il faut dire que la contrevenante, qui a plaidé coupable à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort de son fils, a été arrêtée une nouvelle fois, en avril 2015, cette fois avec un taux d'alcoolémie de 194 mg par 100 ml de sang, soit plus de deux fois la limite permise par la loi. Selon le criminaliste, cette récidive est signe que la femme n'a pas compris la leçon.

 

Une femme changée?

L'avocat de Lemay, Me Guy Boisvert, croit, pour sa part, que l'accusée a déjà beaucoup payé de ses actes et qu'il serait de l'acharnement de la condamner pour une peine dépassant 90 jours. Il suggère qu'elle soit emprisonnée de fins de semaine afin de continuer d'être un actif pour la société.

Il met en relief que le taux d'alcoolémie de sa cliente n'était que de 93 mg par 100 ml de sang lors de la collision fatidique et que les conditions météorologiques et routières n'étaient pas faciles. Il fait également état de la peine causée par cet accident et des thérapies suivies depuis les événements. Elle aurait effectivement consulté psychiatre et psychologues au cours des derniers mois. Cette dernière s'est dite déterminée à chercher de l'aide.

 

Voie inverse

Rappelons que, lors de la soirée du 19 janvier, Geneviève Lemay se rendait chez une copine lorsqu'elle a perdu la maîtrise de son véhicule pour se retrouver dans la voie inverse où elle a provoqué une collision avec un véhicule utilitaire sport. Au moment de l'embardée. la voiture de Lemay a tourné sur elle-même à quelques reprises et s'est retrouvée dans l'autre voie. Le VUS rouge qui croisait son chemin n'a pu éviter la collision.

L'accusée a perdu un autre enfant, une petite fille, à peine six mois avant le drame. Cette dernière a été victime de la mort du berceau. Acceptant de s'adresser aux médias, Johanne, la mère de l'accusée estime qu'une peine d'emprisonnement prolongée ne réglera rien.

«Ça brise une vie (un épisode comme celui-là). Sa peine, elle l'a déjà eue. Elle n'a pas besoin qu'on lui en ajoute une autre», a-t-elle dit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer